Année 2012-2013

www.flickr.com
associationgrandeurnature photos Plus de photos de associationgrandeurnature

24 mai 2010

Lettre collective de Dominique: Kélig et Bonnie



Nous sommes le 4 mai et c'est aujourd'hui que Christophe nous quitte, Michel étant déjà parti avant-hier. C'est aussi aujourd'hui que nous levons l'ancre de l'Anse d'Arlet en Martinique pour rejoindre la Dominique. Marec vient nous dire au revoir à la nage et nous le laissons avec les tortues et les autres poissons coralliens qu'il a très envie de découvrir. Wil a chargé Paul et Ismaël de s'occuper de la navigation. Ils étudient la carte, nous indiquent le cap à suivre et les manœuvres à effectuer. Après avoir appareillé, nous voyons Christophe nous faire des signes sur la plage et nous passons près du Bel-Espoir (bateau du Père Jaouen dont nous avons rencontré l'équipage) pour les saluer, leur souhaiter bon vent et peut-être à bientôt aux Açores. La navigation n'est pas très longue et nous avançons avec le vent des grains. Lorsque nous quittons la côte Martiniquaise, nous sommes plus qu'à quelques milles de la pointe sud de la Dominique, mais nous ne l'apercevons toujours pas. Elle est complètement cachée par les nuages de pluie. Enfin, nous approchons du rocher de Scott-Head. Nous cherchons à mouiller, mais les fonds sont très profonds, nous faisons le tour de la baie et nous suivons finalement les conseils d'un pêcheur venu nous voir à la nage. Nous posons l'ancre à côté d'une bouée utilisée par un bateau de plongée. Kélig, Ismaël et Bonnie partent admirer les profondeurs. C'est très joli, un tombant, du corail, plein de poissons différents: perroquets, murènes, serpentines, diodons, balistes, poissons-papillons etc...
Le lendemain, tout le monde repart en plongée, sauf les adultes qui sont en réunion. Mais nous n'allons pas profiter très longtemps de ces fonds marins, car deux hommes viennent nous avertir que c'est une réserve naturelle et que nous n'avons pas le droit d'y mouiller. Nous partons illico pour Portsmouth, dans le nord.
Nous arrivons dans la baie en tirant des bords, une vingtaine de bateaux est déjà au mouillage. C'est très vert, on a l'impression qu'il y a des cocotiers partout et les nuages gris menaçant au-dessus des montagnes nous font comprendre pourquoi la nature est si verdoyante. L'équipage a hâte de partir en randonnée pour découvrir les cascades et les sources d'eau chaude. Il faut aussi bien comprendre que c'est notre dernière grande escale sous les tropiques avant notre départ en traversée qui est maintenant dans moins d'un mois. Notre escale durera trois semaines.
Les randos commenceront le lendemain de notre arrivée, c’est-à-dire le 6 mai. Il y a quatre groupes formés de deux ou trois personnes. Régis/Paul, Kélig/Bonnie, Marion/Ismaël/Juliette et Wil et Manu qui resteront au bateau. Chaque groupe s'approprie une carte et la consulte pour organiser les jours à venir. Nous allons tous faire un petit passage dans le territoire Caraïbes où vit la famille de Genette, amie de l'association depuis plusieurs années.
Ce territoire est situé dans l'est de l'île et a été donné par le gouvernement aux derniers Indiens Caraïbes survivants de la colonisation. Régis, Paul, Bonnie et Kélig partent en éclaireurs et vont passer leur première nuit chez Genette à Crayfish river. Ils y mangent leurs premières mangues, se baignent dans leurs premières cascades, commencent à s'imprégner de la culture Caraïbe. Régis et Paul continuent leur aventure autour de différentes cascades plus ou moins grandes, goûtent aux premières nuits pluvieuses en hamac et continuent à travailler leur Anglais. Le groupe de Marion, Ismaël et Juliette passent 4 jours dans la famille de Genette, 4 jours de peinture, de jeux avec les enfants, de rencontres, de discussions, de grimpettes dans les manguiers pour Ismaël. Le groupe de Bonnie et Kélig s'aventurera plutôt dans les profondeurs de la jungle Dominiquaise, entrecoupé de baignades en rivières et de rencontres sympas. Wil et Manu, eux, ont profité de leur temps au bateau pour faire quelques réparations et de la planche à voile.
Le retour de tout le monde au bateau est échelonné sur deux jours.
Alors que le groupe de Marion n'est pas encore arrivé, un incident surgit entre Wil et Manu, dont l'issue accidentelle est regrettable. Un couvercle de sardine mal positionné et il en coûtera 11 points de suture à la joue de Manu. Incident qui n'aura pas permis au groupe de se retrouver et de se raconter leurs aventures dans de bonnes conditions.
Ça y est, tout le monde est au bateau et l’on s'organise déjà pour de nouveaux départs. C'est au tour de Juliette et Régis cette fois-ci de rester à bord pour travailler sur la maquette du journal. Paul, Ismaël et Wil partent dans le sud pour découvrir la vallée de la Désolation et le « Boiling lake », puis la réserve des perroquets munis de la paire de jumelles d'Ismaël. Marion et Bonnie partent découvrir les sources d'eau chaude de Soufrière et Trafalgar. Elles sont tellement motivées qu'elles vont jusqu'à Champagne s'enivrer des bulles d'une source d'eau chaude sous-marine. Mais le temps est tellement pluvieux qu'elles rentrent et partent découvrir l'Indian river accompagnées de Bounty et Macaroni, deux Dominicais rencontrés les années précédentes. Et enfin, Kélig et Manu sont partis 4 jours dans la famille de Genette, 4 jours où Manu a appris à tisser le « vacoa », graver des calebasses et où Kélig s'est essayé à la peinture.
Le 15 mai, tout le monde est de retour au bateau. Bounty propose à l'équipage d'aller pêcher les crabes sur la route de nuit. Mais lorsqu'il prévient que si une voiture arrive, il partira en courant avec le sac et que nous, devrons rester en disant qu'on ne le connaît pas, nous comprenons rapidement que cette escapade nocturne n'est pas légal. Voyant que personne n'est chaud pour déstabiliser l'écosystème de ces bêtes à pinces, Bounty nous explique qu'il n'y a pas de problèmes, que la saison ouvre bientôt... En août!!! Il nous en faut plus pour nous faire changer d'avis! Conclusion, pas de crabe pour le feu sur la plage de demain soir, mais plutôt du thon acheté au pêcheur du coin.
Avant un 3ème départ en rando, nous organisons une journée contrat dont le sujet principal est l'orientation de chacun, car les inscriptions dans les écoles vont bientôt avoir lieu. Nous terminons cette grosse journée contrats, textes et lessive par une soirée grillades sur la plage sans crabe, très sympa, où Bounty nous a préparé des fruits à pain cuits au feu, ainsi que du poisson braisé.
À l’heure où nous vous écrivons, l'équipage est de nouveau en randonnée et c'est à nous (Bonnie et Kélig) que revient la mission de veiller le bateau.
Régis et Ismaël sont partis gravir le Morne Diablotin, le plus haut sommet des petites Antilles. Wil et Juliette sont partis goûter aux sources d'eau chaude, et Marion, Paul et Manu sont allés en quête de graines.
En espérant que le précédent journal vous a plu, nous travaillons actuellement sur le prochain.
Dans deux semaines, nous re-traversons l'Atlantique, nous ne manquerons pas de vous donner quelques nouvelles avant de larguer les amarres.
Bises
Bonnie et Kélig.










6 mai 2010

Lettre collective de Juliette et Emmanuel




Ça y est ! Nous quittons la Guyane, le fleuve du Maroni, Cédric et sa famille, nos amis de Botoplay, Gilles, les enfants de Grand Santi et « Mawina Chuti », les belles plages à tortues et mille autres souvenirs. Tout le monde est heureux de reprendre la navigation, une nouvelle page se tourne. Alors que nous passons d’une eau brune et chargée de terre à notre bleu de mer, dans les premières heures nous croisons le chemin d’une dizaine de raies manta au « vol » angélique. Notre traversée jusqu’aux Grenadines était tranquille et joyeuse, rythmée par les bilans, les devinettes d’Emmanuel, les tresses de Bonnie, les macramés de Malvic, les visées au sextant d’Ismaël et Paul, les massages de Juliette, l’humour de Christophe, les tartes au citron de Marion, la positive attitude de Michel et les cours d’anglais de Régis. Au fur et à mesure que le soleil se lève, ses lueurs dessinent la terre des Grenadines. Nous faisons notre entrée à Union Island dans des décors de carte postale et apercevons au loin une immense barrière de corail qui promet de magnifiques plongées. Après les démarches administratives et quelques courses, nous rejoignons Tobagos Cays à 3 milles de là, réputée pour ses tortues et ses îles peuplées de reptiles. Nous prenons connaissance des lieux à travers des plongées et la visite de l’île la plus proche. On fera de nombreuses découvertes et rencontres, tortues marines, poisson coffre, raie pastenague, poisson-perroquet royal, coquillages, corail multicolore. Également sur terre, iguanes, tortues, oiseaux et cocotiers. Aujourd’hui Malvic nous quitte, voilà un certain temps qu’il a baissé les bras et exprimé le désir de rentrer chez lui. Ce matin après un éclat de violence, l’équipe est obligée de prendre la décision de le renvoyer et constate avec regret que Malvic n’évolue pas au sein du bateau. Suite à cette décision nous quittons un petit paradis pour Kingston, la capitale de St Vincent, où Christophe et Malvic débarquent dans l’après-midi pour quelques jours, le temps de trouver un billet d’avion pour la France. Ce n’est pas facile de le voir partir, nous lui souhaitons de rebondir et choisissons de porter notre effort à relancer du positif sur le bateau. On repart immédiatement pour Port Elizabeth où nous passons la nuit et la matinée suivante, et nous rendons dans un marché aux étals de fruits inconnus et délicieux. Les commerçants sont des rastas, très sympathiques, ils nous font goûter : corossols, caramboles, sapotilles, goyaves, maracujas, oranges… Dans l’après-midi, nous levons l’ancre pour Union Island, notre arrivée est couronnée par le vol paisible des pélicans. Nous passerons ici une belle journée en profitant à fond des plongées et de la plage. Christophe est de retour après trois jours denses, à nous il nous en reste un pour dire au revoir aux Grenadines et à ses habitants si généreux. Les Grenadines laissent place à la Martinique une nuit de quarts plus loin. Nous faisons notre entrée à Fort-de-France, ainsi qu’un gros plein de nourriture, et préférons passer l’après-midi dans un coin plus tranquille, une petite crique juste à côté de Grande Anse où nous nous rendons le lendemain matin. C’est un bel endroit où l’attente impatiente de Kélig et Wilfried durera la journée. Journée où nous découvrirons la plage, les fonds et ferons également la visite du « Bel Espoir », un immense voilier à trois mâts. Voilà, Kélig et Wilfried sont à bord accompagnés de Marek qui est psychologue et qui est venu nous rencontrer et assister à la transition. Oui, c’est bientôt le départ de Michel et Christophe, qui vont affreusement nous manquer. Prochainement la Dominique et de chouettes aventures que nous attendons avec impatience.

Bises à tous !

Juliette et Emmanuel