Année 2012-2013

www.flickr.com
associationgrandeurnature photos Plus de photos de associationgrandeurnature

24 novembre 2018

la lettre de la traversée

Chers parents, amis et adhérents,

Nous sortons de la baie de Mindelo avec 35 nœuds de vent, nous faisons de beaux surfs sur de belles vagues. Nous avançons si vite qu’en 4 jours nous arrivons déjà à la moitié du trajet vers Fernando De Noronha au Brésil. Pendant ces 4 jours : Loanita, Seb et Louis ont souffert d’un virus qui leur a donné une grosse diarrhée aiguë. C’est à coups d’antibiotiques qu’ils s’en sortirons après sept jours de maladie. Nous avons profité de passer la ZIC (Zone Intertropicale de Convergence aussi appelée « pot-au noir »), une zone où il pleut beaucoup, pour désaler le pont, remplir des seaux d’eau douce et prendre une bonne douche. Le beau temps revient ensuite, avec lui les superbes couchers de soleil, les dauphins et les baignades collectives. Pour chacune de nos retrouvailles autour d’une tisane pour le goûter, nous sommes tous impatient de retrouver nos chèrs « Capitaines des Sables » notre nouvelle lecture collective sur les enfants des rues au Brésil.
Le moment le plus marquant a été celui du passage de l’équateur. Christophe déguisé en Poseïdon et Ismaël en sa femme Amphitrite (les anciens dieux de la mer) nous ont demandé de sacrifier un membre de l’équipage pour passer l’équateur et avoir le droit de pénétrer dans leur royaume. à chaque fois qu’ils désignaient une victime les membres de l’équipage la défendait en expliquant pourquoi nous avions besoin d’elle. Alors Amphitrite a prit notre défense et nous a demandé de se baptiser avec l’eau de l’équateur et de se couper une mèche de cheveux pour la jeter à la mer en signe d’offrande. Pour que nous puissions finir ce voyage et ensuite rentrer chez nous.
C’est au prés avec 18 nœuds de vent, à une moyenne de 7 nœuds que l’on va arriver très vite sur le nouveau continent. Nous profitons du dernier grains pour se désaler le corps une dernière fois parce que au prés ça mouille sévère et donc nous sommes tous salés. Les vagues passent par dessus l’étrave et viennent jusque dans le cockpit nous mouiller.
La veille de l’arrivée, au début de la lecture collective tant attendu, l’anneau en inox qui supporte le palan de Grand-voile (une tige filetée en inox de 20 cm ) s’est cassé net et nous avons été obligé de vite le remplacer par un super cordage (Dynema) que Ben avait récupéré dans une poubelle.
Trois heures moins le quart presque tout le monde s’active sur le pont pour l’arrivée de nuit à Fernando de Noronha. Malheureusement on ne voit pas grand-chose, ce ne sera qu’au petit matin que nous pourrons découvrir la beauté de cette île.

« Comment s’est passé ta navigation ? »

Loanita : « J’ai apprécié cette navigation mais le début a été difficile. »
Mickaël : « Elle s’est très bien passée mais j’ai été malade et beaucoup dans mes pensées. »
Maya : « En général ça s’est bien passé mais au début je n’ai pas été très bien en moi, j’avais le cafard. »
Elio : « Bien mais rapide. »
Ben : « Humide et rapide. J’aurais aimé avoir une météo plus clémente pour avoir plus de temps pour faire des choses ensemble quitte à passer 2 jours de plus en mer. »
Ismaël : Elle est passée trop vite pour une traversée, difficile d’imaginer qu’on a changé de continent. Je me dit que c’est vachement plus terre à terre que l’avion. »
Timothée : « Cette navigation est passée très vite, je n’ai pas eu le temps de faire grand chose. »
Christophe : « ça a été rapide, ça été humide, il n’y a pas eu beaucoup de grain et c’était bien. »
Loan : « Le début c’était pas trop ça, j’avais plus d’appétit et je ne me sentais pas bien intérieurement je ne sais pas pourquoi. Du jour au lendemain tout est allé beaucoup mieux et j’ai super bien vécu la suite de la nav’ qui est passée trop vite. »
Seb : « Ouais ouais ouais. »
Océane : « J’ai passé une nav’ agréable parce que mon corps commence à s’habituer à la mer et j’accepte les moments où je suis malade, j’en fait des moments plus tranquille sur le pont pour réfléchir. Je sens que les jours passent vite. Me savoir déjà au Brésil me fait peur, peur que cette aventure me file entre les doigts. Une bonne navigation ! »
Louis : « Pour moi cette navigation est passée à toute vitesse, je ne réalise pas encore que je suis sur un autre continent, dans un autre hémisphère. Malgré un début très difficile (j’étais malade) j’ai trouvé cette navigation très agréable et je suis content de l’avoir vécu mais un peu déçu de ne pas l’avoir vu passée. Je suis content d’arriver sur cette très belle île de Fernando de Noronha. »

Nous avons 10 jours pour découvrir cette île mystérieuse, temps que nous a octroyé l’Administration sans payer la taxe...


Timothée et Louis


20 novembre 2018

Arrivée imminente a Fernando

La traversée se termine et le bateau arrive à Fernando!
En attendant de découvrir les récits et images de l'équipage, voici un aperçu de leur trajet durant un peu plus de 8 jours!  

16 novembre 2018

Avancé du bateau

Bonjour à tous!
Voici une idée du trajet de Grandeur Nature  depuis le début de la traversée.
Voilà déjà plus de la moitié parcouru!


13 novembre 2018

lettre collective du cap vert


Hello tout monde,
Nous allons tenter de vous raconter ce que l’on a vécu depuis notre dernière lettre collective où nous arrivions en vue des côtes Cap Verdienne. C’était il y a maintenant 10 jours. C’est à vingt deux heure que nous mouillons l’ancre sur la petite île de Santa Luzia. La nuit est déjà bien tombée il nous faudra attendre avec impatience le lendemain pour découvrir la terre.
L’île est juste belle, désertique, posée là, au milieu de l’océan, alors dès qu’on peut, on file sur la plage comme de Robinsons.
Une belle après midi de plongée, de baignade, la rencontre de biologistes (nous apprenant que Santa Lucia est maintenant une réserve naturelle), la visite de la petite chapelle, la rencontre des pêcheurs et quelques 48h idylliques, mais déjà, on doit repartir pour Saint Vincent.
Deux heures de nav assez punchy et nous voilà à Mindelo… Ah les joies de la ville !
Ça pu, ça fait du bruit, non ça ne donne vraiment pas envie.
Enfin, on prend nos marques et dès le lendemain, on lance les rituels d’arrivée : douanes, internet, banque, marché et lessives.
On part aussi rencontrer l’alliance française et le foyer d’accueil d’urgence pour enfant des rues de Mindelo, pour impulser les projets pour l’escale a venir.
Pendant ce temps, le reste de l’équipage prépare le départ sur Santo Antao.
Ça va très vite, et le lendemain déjà, nos petits groupes de randos quittent le bateau avec leurs maisons sur le dos. Ben, Maya, Tim, restent sur le bateaux pour bichonner le bébé.
Et 5 jours plus tard, nous voilà rendus à aujourd’hui. De retour à Mindelo, tous de nouveau réunis sur le bateau. Tout le monde semble enchanté mais aussi bien fatigué de sa rando, alors dans une soirée de convivialité, heureux de nous retrouver, chacun raconte les anecdotes de leurs 5 jours de rando.
Louis, Seb et Loan(e) parlent de la saignée du cochon. Océ, Loan et Elio sentent encore les effluves de l’allugar poissonnier. Maya Tim et Ben partagent leur après midi au foyer. Nous, enchantés de la rencontre de Manuel et Maria on essaye de restituer cette belle rencontre.
Et zou, tout le monde au dodo.
Ici chacun s’affaire pour la suite, on attend aujourd’hui l’arrivée de Christophe, demain les enfants du foyer de Mindelo vont à leur tour venir visiter le bateau et dans quelques jours, on part pour la traversée de l’Atlantique, en route pour le Brésil !!!
Ismaël et Mickaël


3 novembre 2018

2 novembre 2018: Arrivée à Mindelo

2 novembre 2018,
Nous voilà au Cap Vert après 8 jours de navigation, à croire que c'est le temps nécessaire entre chaque escale. On essaie de battre notre record pour la traversée de l'atlantique? 
C’est au large des côtes africaine que nous avons aperçu de nombreux animaux. De la libellule à la baleine chacun à pu voir une petite touche de vie dans cette immense étendue d’eau. Pas le temps de s’ennuyer avec l’apparition d’une grosse méduse sous le bateau, d’une tortue à l’horizon, de ces nombreux dauphins qui sautillent autour du bateau ou encore de ces bancs de poissons volants planant au dessus des vagues. 
N’oublions pas la séance ciné du soir, tout les jours à la même heure, après le repas mais jamais identique. 
C’est un magnifique spectacle que la nature nous offre mais parfois les rideaux restent fermés ou plutôt des nuages blancs ou gris nous empêchent de voir le panel de couleur apparaissant lorsque le soleil se couche à l’horizon. C’est notre cadeau du soir.
Au niveau du groupe, la bonne humeur n’était pas toujours au rendez-vous. Il y a eu des hauts et des bas, des ressenties différents mais on essaie d’en discuter et ainsi d’avancer tous ensemble. Heureusement certains évènements resserrent les liens dans l’équipage, cette semaine c’était l’anniversaire de Mickaël. Il y a eu une vrai cohésion pour organiser cette journée : préparation des gâteaux, rédaction d’une chanson, fabrication des cadeaux. Tous s’est déroulé dans la bonne humeur et l’enthousiasme, nous avions tous envie de faire plaisir à Mickaël. 
Une belle journée réussie !
Des chouettes moments en groupe, il y en a eu pleins d’autres (mais impossible de tous les raconter) notamment l’arrivée à Santa Lucia. De nuit nous avons jeté l’ancre tous ensemble et c’est seulement au petit matin que nous avons découvert ce paysage hors du commun. 
Deux journées de tranquillité sur cette île (presque) déserte et nous voila reparti vers la civilisation. 
Nous sommes au mouillage à Mindelo, point de départ pour nos randonnées. 
Ses couleurs vives, ses musiques et ses ambiances de pêcheurs nous donnent envie de mettre pied sur cette terre. Boa Dia Cabo Verde ! 

2 novembre 2018


Bonjour a tous!
Le bateau est arrivé a l'île déserte de Santa Luzia (au cap-vert) mardi dans la nuit. 
Tout le monde va bien, rendez vous très bientôt pour plus de nouvelles et des photos, quand ils seront à Mindélo qui sera le port de stationnement du bateau pendant toute l'escale Cap-Verdienne.