Année 2012-2013

www.flickr.com
associationgrandeurnature photos Plus de photos de associationgrandeurnature

10 mars 2015

Le premier séjour avec les baleines par Philémon et Jade...


Nous sommes donc en Guadeloupe pour y déposer Chloé et faire les pleins de nourriture.
Alors aujourd’hui grosses courses avec Hélène, Tit, Jade et Phil, tellement grosses que Tit devra rentrer seul dans la voiture à cause du manque de place. On en profite pour s’acheter quelques viennoiseries à la boulangerie. De retour à bord, rangement puis douches. Après le repas vient le très bref au revoir (ou plutôt adieu) de Chloé qui part pour l’aéroport.
Le lendemain, on largue les amarres direction Samana. La bonne vieille routine reprend : les cours, les manœuvres, le réveil musculaire, mais cette fois ci, pas de mal de mer. Sur ces 5 jours de nav, nous n’avons eu que 15 heures de vent, le reste est passé tranquillement au moteur. Mais ces quelques heures de vent étaient au près. Résultat, nous arrivons à Samana, trempés, mais contents car nous avons vu nos premiers sauts de baleines. Nous mouillons dans une des anses de la grande baie, un endroit propre (ou presque), joli (ou presque) et des pélicans plongent autour de nous (cette fois pas presque; ils plongent vraiment !).
Le lendemain, nous partons pour la baie de Santa Barbara de Samana à 5 min d’ici. Nous jetons l’ancre dans l’eau polluée, les égouts se jettent dedans et une couche de graisse ou de carburant flotte à la surface. Pas la peine de vous préciser que nous ne nous baignerons pas ici. Tit et Christophe vont à terre pour faire l’entrée et la demande pour le permis qui nous permettra d’aller à Silver Bank voir les baleines. Pendant les trois jours que nous passons ici, nous nous occupons de faire les pleins de fruits et légumes au marché qui est un bâtiment où se rassemblent une vingtaine d’étals, où la circulation est compliquée à cause des allées étroites où seulement une personne à la fois peut passer. Les prix sont bas et les aliments de qualité. Un homme essaiera quand même de donner un bébé à Anaëlle et Jade.
Nous en profitons pour laver tout notre linge et faire les pleins d’eau. Un robinet est installé sur un ponton en béton crasseux qui a un débit si faible qu’il nous faut ½ heure pour remplir un bidon de 10 litres… La manœuvre est difficile car les bateaux de Whale Watching poussent leurs moteurs à fond et déstabilisent  l’annexe.
Finalement, nous avons le permis (merci Christophe et el Ministro de Medio Ambiente y Recursos Naturales, Dr Bautista Rojas Gómez) et pouvons partir pour le banc d’argent. Une dernière glace et nous levons l’ancre. Les baleines nous accompagnent pour sortir de la baie. Nous avons 110 milles à faire pour atteindre notre mouillage. Le vent fait des siennes ; au début il n’y en a pas, et à la fin, on a 25 nœuds dans le nez. Nous tirons des bords et avançons à 1 nœud dans la bonne direction. Il nous faudra allumer les moteurs pour arriver avant la nuit. De temps en temps, nous apercevons au loin une caudale ou une pectorale qui claque. Ça réchauffe nos cœurs refroidis par les embruns à l’idée que bientôt nous pourrons nager avec les baleines.
Vers 17 heures enfin, nous nous amarrons aux bouées des charters qui ne sont pas là. Le mouillage est dépaysant par l’absence de paysage : pas de terre en vue, seul le vaste océan s’étant sous nos yeux. Et l’épave du Polyxéni, un vraquier échoué depuis plus de 30 ans, comme seul repère. Ce soir, ce sera une nuit paisible, sans quarts avec le vent qui rugit au dessus de nos têtes.
Le lendemain, Christophe et Tit vont installer le mouillage. Ils partent en apnée enrouler une chaîne autour d’une patate de corail qui est reliée à la patte d’oie, elle-même reliée à trois bouées pour faciliter sa prise. On libère donc le mouillage pour aller chez nous. Pendant l’après midi, certains vont explorer les patates de corail, les tunnels, l’épave ou voir des petits poissons pendant que d’autres passent en contrat. Il n’y a plus de gros poissons car les pêcheurs que nous croisons les ont tous chassés.

Pendant les 4 jours qui suivent, nous quittons le mouillage à la recherche des baleines pour essayer de nager avec elles. Pour sortir de la zone des patates de corail, il faut une personne sur chaque étrave plus une sur l’échelle de mât qui indique les têtes de corail et les baleines, une personne qui règle la voile d’avant (nous n’utilisons pas la GV pour ne aller trop vite), un barreur et 3-4 plongeurs à l’arrière prêts à sauter en cas de mégaptère à côté du bateau, dont 2 aux ailes qui surveillent les profondeurs. Les ailes sont des planches en bois reliées au bateau en forme de queue de baleine qui nous permettent de monter et descendre à volonté.
Chaque jour, nous avons pu faire au moins une rencontre plus ou moins longue. Mais il y a eu 4 super rencontres où les baleines se sont intéressées soit à nous soit au bateau et sont restées plus de quelques secondes. Quand elles nous regardaient avec leurs gros yeux, on avait l’impression qu’elles nous scannaient de l’intérieur. Ces rencontres avec ces mammifères de 15 m et 60 tonnes sont indescriptibles.
De temps en temps, lors de la pause déjeuner, nous plongions pour écouter leurs chants qui peuvent se propager à 20 milles, soit environ 35 km. On pourrait comparer ces chants incomparables à ceux des violons et des contrebasses.

Mais le vent se lève et nous devons passer la fin de l’escale au mouillage. Ici, les journées sont moins mouvementées, le matin travail de tête et l’après midi baignade, après le goûter, Elodie organise souvent un jeu, Pictionary, mimes etc…Un jour même, Elo et Kaïs ont organisé une chasse au trésor dans les patates et nous ont épuisés.
Mais un jour le vent a été plus clément et nous avons pu sortir faire un tour. Pour notre bonheur, c’était le bon moment car Hélène, Elodie, Phil et Jade ont fait une rencontre de plus d’une heure avec 3 baleines adultes. Sous l’eau, l’expérience était magique, mais à la surface le spectacle était tout aussi beau. Les baleines tapaient de la caudale ou de la pectorale, sautaient, ou venaient tout simplement respirer à quelques mètres du bateau. Ce fut notre dernière rencontre pour ce premier séjour. Tout le monde en est enchanté. Nous devons rentrer à Samana pour faire le plein et changer de capitaine. C’est avec Michel que nous continuons et finissons l’aventure.

Un témoignage de chacun sur le premier séjour avec les baleines :
-       Elodie : Nous avons déjà fait de belles rencontres sur le peu de jours où nous avons pu naviguer sur le banc. Moi j’ai surtout une image qui me reste en tête, c’est la baleine qui me regarde, se met à tourner sur le côté sur elle-même, tout doucement et se remet dans sa position initiale sans me quitter des yeux. Ça donne envie d’y revenir, de continuer et de se marrer.
-       Christophe : Heu… il y avait beaucoup de vent mais c’était beau. (Jade : tu ne peux pas rajouter autre chose ?) Heu… Les baleines c’est gros !
-       Moussa : Je ne m’attendais pas du tout à ça. C’est encore plus génial que ce que je pensais. Voir un gros œil de baleine qui vous regarde et être à même pas 10m d’une grosse bestiole, ça fait bizarre. Je suis un peu dégouté de ne pas être chez moi pour mon anniversaire, mais je suis content de le faire avec les baleines et ma 2eme famille.

-       Kaïs : Trop court. Génial, extraordinaire ! Des rencontres fantastiques, un bon avant goût de ce qu’on va voir pendant le séjour aux baleines.
-       Hélène : C’était bien un peu et donc voilà… J’ai trouvé ça super, même si il y avait beaucoup de vent et qu’on n’a pas pu aller aux baleines aussi souvent qu’on le voulait. C’est bizarre d’être mouillés au large, tous seuls parce qu’on fait abstraction des bateaux de charter et on est resté tellement longtemps qu’on s’est approprié le lieu. Ce que j’ai ressenti lors des rencontres avec les baleines, je ne vous le dirai pas, c’est à moi. Vous n’aviez qu’à être là… ou pas. C’est aussi bien.
-       Dayan : Ch’é pas, j’m’en fous (Philémon l’a interrogé pendant qu’il n’arrivait pas à comprendre sa leçon de SVT…). 1 jour, 2 jours, 15 jours avec les baleines… C’est passé tellement vite. Les rencontres qu’on a fait, les multiples caudales, pectorales qu’on a vues et le plus fort dans tout ça, c’est lorsque la baleine t’observe. Tu as envie de lui parler et tu penses que c’est réciproque mais c’est quand même un moment très fort et difficile à décrire. J’ai hâte de retourner sur le banc ; j’espère qu’il y aura moins de vent la prochaine fois. Mais les jours où il y avait trop de vent nous ont permis de connaître chaque patate de corail autour de nous. C’était déjà une super expérience avec les baleines.
-       Thierry : Pour un premier séjour aux baleines, c’était bien. C’est toujours aussi beau le banc d’argent. Peut-être la faute à trop de vent, mais avec la baleine c’est des fois oui et des fanons ! Et même si je n’ai pu y rester que 15 jours, je me console en me disant que cétacé !!
-       Anaëlle : C’est obligé maintenant ? faut que je papote là ! Bon ok… Je n’en espérais pas plus, j’ai eu la chance de faire plusieurs belles rencontres. Bien que nous soyons restés beaucoup au mouillage, ça ne nous a pas empêchés de bien nous amuser. On n’hésite pas à sauter dès 7 heures du matin à l’eau pour essayer d’intercepter une baleine. J’ai hâte d’y retourner.

-       Philémon : c’était trop bien, seul truc pour lequel je suis déçu, c’est qu’on a passé trop de temps au mouillage. Mais toutes ces rencontres, ces baleines qui vous regardent ou qui vous tournent autour, c’était juste génial. Nager avec un mammifère de 15m et 60tonnes, surtout si c’est une baleine, c’est pas donné à tout le monde. Et je suis vraiment content d’avoir pu vivre cette expérience. Vivement la prochaine fois !
-       Jade : Se retrouver au milieu de rien, l’océan c’est tout, c’est pas commun. En plus, des baleines qui nous tournent autour, c’est magique. Un autre monde, quelque chose à part, coupé de la réalité. Et je remercie ceux qui ont fait que cette escale soit possible.
Jade et Philémon



26 février 2015

Du Banc d'Argent...

Bonjour à tous,
Message satellite reçu aujourd'hui...
"Le bonjour des baleines, tout va bien, beaucoup de vent, balades sur le banc, plongées et quelques jolies rencontres. Toujours aussi beau ici... Retour à Samana le 7 mars."
Fin du message...
Je vous remets deux photos de la dernière expé. Petit coup de pouce à l'imaginaire...
Kélig



18 février 2015

Arrivée à Samana!!

Le bateau est arrivée en baie de Samana hier!! Une baleine à bosses est déjà venue leur dire bonjour en montrant ses grandes pectorales à l'équipage...
Le permis en poche, ils partent dès demain sur le banc d'Argent pour deux semaines parmi les grands mammifères marins et leurs petits...
Hâte de lire leurs prochains récits qui seront, sans doute, palpitants!!
Kélig

Thierry en plein ballet aquatique en mars 2013...

15 février 2015

Au large de Puerto Rico...

Bonjour,
Message satellite du bateau du jour...
Ils sont au sud de Puerto Rico. Il n'y a pas beaucoup de vent, le moteur ronronne, mais le soleil est là et la mer est toute calme.
A bient'eau...
Kélig


13 février 2015

La suite des aventures en Dominique...


Bonjour à tous,
Ci-dessous la suite des aventures en Dominique contée par Elodie et Dayan.
Le bateau et son équipage a quitté la Guadeloupe hier pour rejoindre la République Dominicaine et les baleines à bosses. 
A bientôt pour d'autres nouvelles...
Kélig


Nous reprenons la lettre collective à la suite de Christophe, à la fin des premières randonnées, afin de vous raconter la suite de nos aventures en Dominique.

Le retour de ces premières randonnées est ponctué par l’anniversaire d’Anaëlle. Comme nous sommes bien entraînés, les cadeaux en tout genre fusent et la buse pourra s’endormir au doux son du poney dans son chou… Mais elle ne l’emmènera pas dans son hamac pour la rando qui suit.

Dès le 28 Janvier, nous redivisons le groupe pour de nouveau 5 à 6 jours en vadrouille. Tout le monde est motivé et partant pour de nouvelles aventures. Seule Chloé et LN resteront à bord. Chloé ne trouve pas de sens au voyage et ne souhaite pas faire les efforts pour le poursuivre. Et personne n’a l’envie de repartir se balader avec elle parce que ce n’est pas drôle de devoir la traîner tout en l’entendons râler. Les grands lui ont donc demandé de réfléchir à ce qui est le mieux pour elle et de se positionner, c’est à dire rester à bord et faire de vrais efforts, ou rentrer en France, chez elle.
Cela n’entame pas notre soif de découverte.
Philémon, Jade, Thierry et Anaëlle sont en mode randonneurs de l’extrême. Ils marchent du lever au coucher du soleil, ne s’arrêtent que pour se nourrir de cheddar et de peanuts butter. Ils s’attaquent au WAITUKUBULI, la route originelle des esclaves qui relie les villages du Sud au Nord de l’île, en 14 segments. Chemin fini il y a un an. De Pont Cassé à Emerald Pool où la pluie et la boue parsèment le sentier. Puis ils sortent de la forêt et se rendent à la plage de Castle Bruce, sur la côte Est. Ils rejoignent le village de Rosalie, puis s’engouffrent de nouveau dans les terres vers Le Fresh Water Lake où ils passeront leur seconde nuit. Le troisième jour, ils se lanceront à l’ascension de la montagne qui mène au Boiling Lake, le second plus grand lac bouillant du monde, et dormiront dans un carbet au-dessus de la vallée de la désolation. Le matin de leur dernier jour, ils fêteront leur descente dans l’eau froide de Titou Gorges. Avant de rejoindre Portsmouth et le bord, heureux de cette randonnée, paysages, ampoules et gastronomie.
Moussa et Elodie partent eux aussi sur le WAITUKUBULI, dans les terres et la forêt. Ils rejoignent le premier soir les cascades de Middleham (pas bon pour Moussa tout ça). Le second jour, après quelques heures de marche dans la boue, sur les racines, essoufflés et assoiffés, ils arrivent à Pont Cassé, mais le village tant attendu se révèle être un simple et énorme rond point. Tant pis, ils poursuivent leur chemin et dormiront à leur tour à Emerald Pool. Le lendemain, c’est en stop qu’ils rejoignent la plage puis la réserve caraïbe et la famille de Genette. Ils resteront plus de deux jours parmi eux, à discuter, à peindre, à piler du cacao, à coiffer, et à se faire coiffer, à graver des calebasses, avant de ré-apparaître sur le bord, le matin du 6e jour, heureux de leur périple.
Mais c’est l’équipe de Kaïs, Dayan, et Christophe qui s’expatrieront le plus longtemps. Ils commenceront leur périple à la pointe Sud de l’île, Scott Head, puis remonterons vers le nord en passant par une plantation de café tenue par un américain. Ils iront se détendre dans les sources d’eau chaude de Soufrière après une bonne journée de marche. Ils passeront ensuite par la White River, les chutes Victoria, y rencontreront Moses, une image de la révolution rasta, où Christophe en perdra son chapeau. Puis de Sari-Sari falls à Sable Bay, plage de sable noire où ils remplissent leurs estomacs de cocos. Ils rentrent en bus à Portsmouth avec des savons artisanaux de Dominique pour l’équipage. Et malgré leurs histoires d’estomacs retournés, c’est avec plaisir qu’on fêtera l’anniversaire de Christophe le lendemain de leur retour.
Hélène se lance dans la préparation des brochettes en canne à sucre de poissons. Mais la mission barbecue sur la plage et sous la pluie est un vrai fiasco, seul la moitié des brochettes reviennent à bord cuites mais ensablées. Cela ne nous empêche pas de nous régaler et de rigoler à l’ouverture des cadeaux. Nos invités offrent à Christophe un nouveau chapeau, version boys band, qu’il porte sans relâche depuis ce jour. Et oui, Lionel de la voilerie Sterne a posé son beau voilier au mouillage derrière nous, mais il repart demain pour Antigua, avec son copain Artimon.
Les lessives à la rivière faites, les textes tapés, il nous reste trois jours avant notre départ pour explorer l’île.

Enfin pas pour tous comme vous l’expliquait Christophe au début de la précédente lettre. Dayan, Jade et Christophe restent à bord pour avancer sur les travaux de matelotage et sur la maquette, tandis que Chloé continue sa « réflexion » et envoie une réelle demande à sa mère et à son éducatrice ainsi qu’au bureau.
Kaïs, Phil, Tit et Elo passeront leurs trois derniers jours en bain sulfureux pour traiter l’acné pour certains, les lèvres pour d’autres, ou juste le plaisir de sentir l’œuf pourri. Du Boiling lake aux Sulphurs Springs, en passant par les bulles de Champagne.
Moussa, Hélène et Anaëlle repartent en visite chez Happy, Webster et Genette. Ils reviendront à bord le dernier jour avec la famille de Genette qui partagera notre repas du midi.
À bord, la décision est maintenant prise. Chloé nous quittera en Guadeloupe. Lors d’un groupe de parole, les jeunes lui énoncent que c’est dommage pour elle et que sa réalité de retour ne semble pas très drôle. Mais Chloé assume son choix, et nous, on avance et l’on continue notre voyage.
Dès le lendemain des derniers retours de rando, nous quittons la Dominique pour la Guadeloupe, en passant par les Saintes. Afin de déposer Chloé à l’aéroport de Pointe à Pitre le 11 Février, de passer à Décathlon pour ceux dont les pieds ont poussé trop vite dans leurs chaussures de rando et de faire quelques courses. Puis, direction la République Dominicaine, Samana et les baleines. On a tous hyper hâte. On pense à vous sous notre soleil caribéen.

Dayan et Elo

10 février 2015

L'aventure en Dominique...


Le 06 février : Portsmouth, Dominica.
C’est un matin comme tous les matins en Dominique, le soleil se lève, nous aussi… Il y a des gros nuages et de la pluie sur les montagnes en face de notre mouillage. Parfois, nous recevons quelques gouttes, ou bien ce sont de vraies averses. Le petit déjeuner, qui pour certains, est un vrai repas puisqu’ils engouffrent : Riz/céréales sucrées/pains/porridge/confiture et beurre de cacahuètes.  Le tout arrosé de café, de thé ou de chocolat au lait.
Suivent les tâches ménagères  qui nous prennent un bon quart d’heure efficace. Ensuite c’est une journée entre deux randonnées et comme c’est la troisième fois, tout le monde sait ce qu’il a à faire. Terminer les textes de la rando précédente, se les lire, les recopier (cahier et ordinateur), mais aussi faire leur lessive, pour ceux qui n’ont pas eu le temps de le faire hier !
Faire des courses pour ceux qui sont de cuisine. Certains ont un planning minuté tellement ils ont de choses à faire, d’autres traînent déjà, désœuvrés et il va falloir les occuper !
Il faut aussi décider qui repart en balade et qui reste au bateau, faire les groupes, et pour une fois nous demandons à chacun ce qu’il a envie, nous (les grands) n’avons pas fait les groupes, et là c’est plus compliqué !
C’est moi-je, moi-je…  « J’ai pas trop envie d’être avec machin, j’ai pas trop envie de marcher, ou plus positif : moi tout me va, il y a pleins d’endroits où j’ai envie d’aller et des rencontres à faire ! » .
Pour ma part je reste au bateau pour finaliser la maquette du prochain journal que Philémon et Anaëlle ont fait, car nous voulons l’envoyer de Guadeloupe.
Reste avec moi : Dayan et Jade qui sont responsables du matelotage, qui ont du travail à faire sur les filets et des cordages à changer. Puis Chloé qui ne participe plus à rien depuis la première rando, où elle a rapidement été un boulet et a décidé qu’elle ne voulait plus faire d’efforts et préférait rentrer en France. Depuis, elle est à peine avec nous, préparant son retour dans le Nord le plus vite possible…
Tous les autres préparent leurs sacs, regardent la carte de l’île et sont prêts pour de nouvelles aventures… Quelles aventures me direz-vous ? Et bien j’ai choisi des extraits de textes de tout le monde, qui raconte notre première rando de 5 jours. C’est donc une longue lecture qui vous attend, aussi pour nous faire pardonner ces trois semaines sans nouvelles !
D’autres se chargeront de vous raconter les 2e et 3e rando et la fin de notre escale en Dominique. Il s’est passé encore beaucoup de choses…
Christophe.

Le 12 janvier : Il est minuit moins dix lorsque nous regardons l’heure avec Anaëlle. Dans 15 minutes, c’est déjà la fin du quart. Je suis surprise de la vitesse à laquelle il est passé. La lune s’est levée énorme sur l’horizon, orange. C’est quand même génial les quarts, des moments à part. On se lève en pleine nuit, on découvre le ciel étoilé et « granuleux ». On peut échanger sur nous, raconter des blagues ou énigmes de moines à rallonge, parler du monde et de la galaxie. Ou juste apprécier le silence, ou plutôt le bruit de l’eau qui s’écoule à toute vitesse sur les coques.
Car oui, nous filons à toute vitesse en direction de la Martinique. En 24 heures, nous avons déjà parcouru les 200 Milles sur les 660 qui nous séparent du Marin. 10 nœuds en moyenne, au travers. Un vrai plaisir ce bateau. L’eau est passée du Marron, au Vert, puis ce matin au réveil, au bleu de l’Atlantique.
La houle, cependant, est croisée et sa hauteur varie suivant la tête d’Hélène de 3 à 4 mètres. Alors nos petites natures, ils font forts eux aussi. J’ai appris le mot « bucket » ce matin en cours d’anglais. Car à la fin de la journée, Anaëlle a rempli 5 sceaux, Philémon 3, Dayan 1 mais en un seul jet. Et Moussa s’est occupé de l’évier. Elodie
Le 13 janvier : Après un mois où le bateau est on ne peut plus stable, nous voici au travers avec une houle croisée. Du coup, l’équipage est au ralenti, malgré les réveils musculaires d’Elodie, les cours d’anglais d’Hélène et les batailles de sargasses de Christophe, nos jeunes matelots dorment beaucoup, même parfois la tête dans le bucket !
Rassurez-vous à ce rythme-là, ça ne va pas durer. Notre beau GN défonce tout encore une fois. Les 660M qui nous séparaient des Antilles sont croqués en 3 trois jours… Tit
Le 14 janvier : Dans quelques heures nous serons au Marin. Le temps est alizéen, tout le monde a repris des couleurs… Le soleil ne va pas tarder à en rajouter d’autres sur la peau de certains. On se remet au boulot que l’on avait prévu de faire pendant cette navigation mais que l’état de la mer n’a pas vraiment permis : les textes, la maquette du journal etc… À 15 heures, nous sommes mouillés au milieu de plusieurs centaines de bateaux, en face des immeubles, comment dire, ce n’est pas tout à fait comme la Guyane, le choc est un peu rude ! Thierry part déjà en ville pour se renseigner pour une nouvelle annexe et un voilier pour la réparation de la GV. Les cuisiniers partent avec lui pour acheter du frais pour ce soir. Christophe
Le 15 janvier : On quitte la baie du Marin et on hisse les voiles. Cap sur l’anse Chaudière un peu plus au nord. En chemin, on passe près du Rocher du Diamant où nichent beaucoup de paille en queue. Tit nous explique qu’on ne peut pas y accéder car on se ferait assaillir à coups de becs. Christophe me raconte qu’à l’époque de la conquête du monde par les pays européens, les Anglais y avaient installé un bastion qui gênait tous les navires français aux alentours. Pour récupérer ce point stratégique, les Français envoyèrent une barque pleine de rhum sur la berge. Les Anglais burent tout ce qu’ils purent et furent tellement soûls que les Français n’eurent aucun mal à reprendre l’îlot. Nous mouillons dans l’anse Chaudière où il n’y a pratiquement personne. Le paysage est beau et vert sauf la ville au fond de l’anse. Lors du goûter, les adultes remarquent que des affaires n’ont toujours pas été rangées alors que tout le monde avait dit que c’était fait. Ce point-là, comme beaucoup d’autres, fait perdre du temps et au lieu d’aller plonger dans ces fonds magnifiques, on se prend la tête sur quelque chose qui devrait être fait et qui devrait être une initiative. Malgré cela, certains ont quand même le temps de plonger avant la nuit et rapporteront des coquillages et des squelettes d’oursins. Dayan.
16 janvier : On se réveille à anse Chaudière, nous déjeunons vite fait pour ensuite partir à Fort de France. On lève le mouillage et nous hissons la G.V. Une fois arrivés, nous mouillons dans le petit port et nous nous préparons pour aller à terre. Une fois sur le ponton, nous faisons 3 équipes. Christophe à internet, Tit au ship (magasin d’accessoires pour bateau) et le reste du groupe part au marché. Arrivés au marché, nous voyons plein de fruits et légumes de toutes les couleurs, des colliers et bracelets divers et variés, des épices, du rhum, du café, du cacao, de la vanille et plein d’autres choses dont je ne pourrais vous dire le nom. Jade et Elo iront acheter du poulet et de la salade pour ce midi pendant que nous, irons acheter des fruits et légumes, mais ici les prix sont très élevés car c’est un marché à touristes : la pastèque fait 13 euros. Nous laissons donc tomber les fruits et légumes et on se dit que nous achèterons le frais en Dominique. Hélène a acheté un sachet de canne à sucre et ce n’est pas si mauvais. Nous visiterons un stand de colliers et bracelets tenu par une rasta très sympa, qui nous offrira une bague en coco. Nous retournons au bateau. Moussa.
Le 17 janvier: Arrivée à la Dominique : Mais déjà, la journée de nav s’achève et l’approche de Portsmouth me rappelle une autre époque révolue : ma vie aux Antilles. J’aimais beaucoup venir ici quand j’étais jeune marin. On tirait au sort qui resterait à bord et on partait dans la forêt pendant quelques jours. Tiens, mais, c’est ce qu’on va faire maintenant aussi ! De mon temps, le mouillage était tranquille et l’eau était claire. Ah, ben là aussi !
De mon temps, il y avait des fêtes sur la plage, on écoutait du ragga. Mais, qu’est ce que c’est que ce bruit ? On peut donc pas dormir tranquille ?
Au premier abord, il semblerait que la Dominique soit toujours aussi belle et joviale que dans ma jeunesse (hé oui, mémé tire sur ses 43 ans bientôt !).
J’ai hâte d’aller redécouvrir cette île. Les enfants dorment à la belle étoile sur le filet, le bateau tire gentiment sur sa chaîne. C’est une bonne escale qui s’annonce, la vie sous les tropiques est bien agréable.
Je ne peux m’empêcher d’espérer que ceux qui n’ont pas encore compris que le temps passé ne revient jamais vont se réveiller et prendre leur voyage en main. Ceux qui le font déjà me donnent le sourire : c’est vraiment chouette de les voir grandir, s’éveiller et s’émerveiller, réfléchir, partager leurs réflexions et se construire sous le soleil des Antilles. Hélène
Le 18 janvier…Vers la fin du déjeuner, un bar sur la plage juste en face du bateau démarre son sound system à fond. Ah ! La première heure, c’est sympa, ça met un peu d’ambiance, on danse sur le pont. Les adultes se font une réunion « rando » à bâbord, pendant que nous, on répond aux questions du bilan des 4 mois. Peut-être que vous êtes curieux de connaître ces questions, vous qui nous suivez de loin :
-       Qu’as-tu appris pendant ces 4 mois ?
-       Que fais-tu aux autres que tu n’aimerais pas que l’on te fasse ?
-       Cite 2 métiers que tu voudrais faire ou qui t’intéressent
-       Qu’est-ce qui a changé chez toi depuis le départ ?
-       Qu’est-ce que tu dois changer dans ton attitude pour t’améliorer ?
-       Fais un bilan de tes relations avec chaque personne de l’équipage
Autant vous dire qu’y répondre prend du temps. Dès demain, on passera individuellement faire le débriefing de nos réponses.
2ème heure de musique : l’ambiance est quelque peu… Electrifiée par la tension de ceux qui n’ont pas pu faire leur sieste, contraints d’écouter « la danse du cheval », même la tête enfoncée sous leur oreiller.
3ème heure : Elodie nous propose un cours d’improvisation théâtrale au rythme de la zouk qui commence vraiment à gonfler tout le monde ! On s’échauffe : il faut marcher puis tout à coup faire les canards, se mettre en rond, fermer les yeux et se laisser guider par les autres, ramper parterre et se marrer en regardant les autres faire pareil… Même les plus sceptiques y prennent goût ! Puis vient la première impro, on fait 2 groupes : Hélène-Kaïs-Dayan-Moussa, et Jade-Philémon et moi. Chaque groupe donne à l’autre un personnage, un lieu, et une action. C’est donc tout naturellement qu’Hélène alias Louis XIV a gravit le Teide portée par ses 2 larbins, guidés par le bouffon du roi, Moussa, mais qu’ils se sont retrouvés au Mont Blanc; pendant que je suis devenue Toussaint Louverture, que j’ai libéré l’esclave Philémon du maître Jade… Et à danser le zouk en Martinique (??!). Bon… Vous l’avez deviné, on n’est pas encore au point. Par contre on a tellement rigolé qu’on a hâte de recommencer !
4ème heure : Chacun vaque à ses occupations en fredonnant nerveusement les airs qui passent. La nuit ne va pas tarder à tomber, on abdique : le reggae love 1 – l’équipage 0, on repart mouiller de l’autre côté de la baie. Anaëlle
Journée du 19 janvier - BON ANNIVERSAIRE. Ce matin, après les tâches, nous partons tous à terre avec nos sacs. Mais non, ce n’est pas les départs en rando, nous allons à la rivière indienne pour laver nos draps et quelques slips sales qui ont besoin d’un coup de brosse. Nous montons dans les hauteurs de la ville de Portsmouth. Et d’un coup, nous bifurquons de la route bitumée à un chemin boueux insoupçonné. Nous redescendons le sentier en nous enfonçant un peu dans la forêt pour rejoindre la rivière où le groupe de Tit, Elo, Kaïs, Dayan et Philémon avaient déjà commencé à frotter. Nous nous mettons à la tâche et une fois finie, une bataille d’eau qui finira en baignade pour tout le monde éclate. L’eau est fraîche, mais elle nous dessale et ça fait du bien. Pour rentrer, nous décidons tous de prendre un sentier un peu plus long et qui nous fait faire une balade en forêt. Mais surprise, le sentier se termine en une ultime montée qui est semée de bouses, de plastiques, d’emballages et de déchets en tout genre. Pas la peine de vous décrire la puanteur qui émane de la montagne de déchets. Vient l’heure de la célébration de l’anniversaire d’Hélène. En entrée, nous avons un pamplemousse et en plat de résistance, des nouilles chinoises avec des légumes sautés accompagnés du chicken « ouaf ouaf » et de sa sauce citron. Et enfin en dessert, le gâteau cappuccino accompagné des 4 bougies symboliques. Les bougies soufflées et le gâteau servi, vient l’ouverture des cadeaux. Elo lui a fait Iggy l’iguane, une peluche à base de bourre de coco et de riz. Tit lui a fait une attrape-rêve. Dayan a confectionné un chouchou-collier-bracelet-attrape-rêve catholique. Chloé lui a fait 2 bracelets brésiliens. Moussa, un collier avec une jolie porcelaine trouvée en Martinique et Kaïs lui a offert la carcasse puante d’un sand dollar encerclé d’un bracelet brésilien. Christophe lui a offert un bouquin sur le Che et un autre sur la géographie des Caraïbes. Philémon lui a fabriqué deux petits bonshommes à base de graines trouvées dans les escales précédentes, Anaëlle lui a fait un bracelet de cheville et une aquarelle sur une carte postale et moi je lui ai fait 3 balles anti-stress de textures différentes prénommées Jade, Moussa et Chloé avec une fleur de lotus en origami. Le tout agrémenté d’une carte signée par chacun des membres de l’équipage.
Voilà, encore bon anniv LN. Jade.
Le 20 janvier : Bilans. Le matin nous avons tout d’abord commencé par faire un planning de ce qu’on devait faire durant la journée, qui est souvent constitué de :
-       Faire les textes
-       Regarder la carte
-       Ecrire dans le journal de bord
-       Commencer les cadeaux pour Anaëlle
Plus passer en contrat. C’est une journée où tout le monde devrait être bien occupé. Les adultes commencent à faire le bilan de Jade. Son bilan aura bien duré une bonne heure, voire 1h30. Pendant ce temps-là, certains bricolent, d’autres lisent, d’autres écrivent. On s’occupe tous, chacun sagement de notre côté. J’allais oublier : les adultes durant le petit déj, nous ont aussi donné les groupes de rando, au nombre de 4, constitués pour le premier de : Tit, Anaëlle, et Moussa qui restent sur le bateau ; pour le deuxième Jade et LN, pour le troisième, Elodie, Dayan et Chloé et pour le quatrième, Christophe, Philémon et moi.
Revenons aux bilans et d’ailleurs c’est à moi d’y aller enfin à l’un de nous mais je me chamaille gentiment avec Philémon pour être le prochain. J’entre dans le carré tribord où les adultes sont encore en train de parler à Jade mais très vite ils me regardent et on commence le bilan. Pour le cadre « non, bof, minimum, bien, super ». Les adultes étaient d’accord pour me dire que je me suis plus sous-évalué qu’au dernier bilan. Leur conclusion est que, soit j’ai ralenti le rythme, soit je suis plus conscient de ce que je fais et ce que je ne fais pas.
Ensuite viennent les 6 questions et mes relations avec les autres. Ce qui en est sorti, c’est que j’ai de très bonnes relations avec les adultes et les jeunes de famille mais ce qui est drôle c’est que pour les autres personnes de l’ASE je n’ai pas les mêmes relations. À mon grand regret, Hélène m’informe qu’à certains moments, je pouvais en mépriser plus d’un. Mon bilan est terminé, mon contrat aussi. Kaïs

Extraits des textes de randonnée…

Partons avec Christophe, Kaïs et Philémon (extraits choisis par Christophe) :
Premier jour de rando, mercredi 21 janvier : Nous décidons de ne pas passer à Portsmouth pour faire nos courses de frais, mais de partir directement sur le Waitikubuli, chemin qui traverse l’île du nord au sud. Nous ferons nos courses dans les petits villages qu’on croisera.  (Dans un village) Nous demandons à une femme où est ce que nous pourrions acheter du frais et elle nous répond que cela n’est possible qu’à Portsmouth. Tant pis, on trouvera des fruits, mais on ne va pas faire demi-tour. On grimpe une côte et on arrive à un pamplemoussier qui a énormément de fruits. On ramasse ceux qui pourrissent par terre parce que Christophe ne veut pas qu’on cueille, sous prétexte que ça appartient peut-être à quelqu’un. Mais il disparaît derrière l’arbre, on entend une pierre voler, toucher l’arbre et retomber. Du coup, Kaïs prend un morceau de bois et décroche 7 pamplemousses. Un pour maintenant et un pour plus tard. (..) Réussirons-nous à faire 2 étapes en une journée ? Bonne question. En tous les cas, nous entrons dans la forêt et descendons. Ce n’est vraiment pas un pays plat, la Dominique ! Sur la montée suivante, nous nous trouvons dans l’obligation de faire une pause car Christophe n’en peut plus. S’asseoir 5 mn, un petit coup d’eau et ça va tout de suite mieux. Nous reprenons notre ascension dans la forêt. Il y a des cocos germées un peu partout au bord du chemin et de temps en temps, on en entend une tomber. C’est pas très rassurant ! Nous apercevons le ciel bleu pas loin. Ah non, le chemin tourne et ça monte encore. On arrive enfin en haut pour redescendre. En face, nous apercevrons une autre montagne que nous devrons escalader. Christophe se plaint « ils ne pourraient pas faire des ponts ? Moi j’aime pas la montée ni la descente » ./. Après je ne sais combien de temps de marche, de montées, de descentes, de montagnes à escalader ou contourner, nous apercevons des maisons. C’est Delaford et le panneau du Waitikubuli segment 13. On a réussi ! 8 km, 3h30 de marche et difficulté modérée. Nous faisons le plein d’eau, une petite pause et Christophe va demander où nous pourrions dormir. À son retour, il nous dit qu’il y a une maison pas finie dans laquelle nous pourrons mettre nos hamacs. Philémon
2è jour de rando, le 22 janvier : …/… On part vers Bwa Nef Falls, une jolie cascade. Nous partons, nous ne ferons pas de stop, nous passons par plusieurs chemins et par plusieurs villages qui ne font que monter et descendre. À chaque passage, dans un village, nous cherchons toutes les petites épiceries en leur demandant « do you have ice cream ?» et ils nous répondent « no ». On fait cela pendant plusieurs heures en marchant sur la nouvelle route que des ouvriers sont en train de construire. Christophe nous dit que c’est parce qu’il y a des élections que les travaux se font maintenant. (…) Ça y est, nous voyons la cascade, il suffit juste de traverser ces rochers et on y est. On se lave, on se baigne, Philémon me regarde et me dit qu’il trouve l’eau froide. Je le regarde d’un air étonné car je trouve que l’eau est juste bonne. Après avoir profité de cette magnifique cascade, nous repartons. Nous passons par Ponville, Vieille Case, Tobino, Thibaud, Anse de Mai, Bense (..) Où nous irons dormir à côté de deux rivières et de leurs bassins où l’on peut se baigner, l’endroit s’appelle Chaudière pool. Kaïs
3è jour, le 23 janvier : …/… Une nouvelle journée d’aventures commence ! Où serons-nous ce soir, aucune idée, nous continuons à nous rapprocher de chez Genette.  .../… Je reprends ce texte au lever du jour sous un kiosque au bord de la mer à Woodford Bay. Cette nuit, on voyait parfaitement la Guadeloupe et Marie-Galante, enfin, les lumières de la côte, mais là, les nuages l’ont presque fait disparaître… Hier après-midi, nous avons continué à marcher. Et nous sommes arrivés à la plage de la pointe de la Soie, lieu où j’ai déjà campé avec Véro et Lila et le premier soir du dernier voyage, avec Théo et Evolène.
Nous traversons à pied une petite rivière qui fait un mètre de large et 10 cm de profondeur, ou le fleuve selon Philémon pour qui tout cours d’eau qui se jette dans la mer est un fleuve !.../...  Mais là, c’est pas super, il n’y a pas d’arbres pour mettre les hamacs, comme il n’est pas très tard, nous partons pour essayer de trouver mieux ; on repasse le fleuve ! Je dis à mes deux compagnons que, ok, on change d’endroit mais qu’ils se débrouillent pour trouver mieux ! Et je regarde la carte, je leur fais remarquer que plus loin, il n’y a plus vraiment de plages car la route rentre dans les terres, que l’on se rapproche de l’aéroport et de la ville de Marigot  et qu’il faudra trouver un abri. On marche un peu, arrive un pick-up avec déjà du monde à l’arrière mais qui s’arrête. Philémon va parler avec le chauffeur qui lui dit la même chose que je viens de lui dire et propose de nous déposer à un hôtel près de l’aéroport. Quand on dit que l’on ne veut pas aller à l’hôtel, tout le monde nous dit qu’il vaut mieux faire demi-tour et retourner à la plage d’où nous venons ou celle d’à côté où il y a de la lumière et une maison. On fait donc demi-tour et Philémon me dit que ça va, pas la peine de rigoler ! Christophe
4e jour de rando :…/... Aujourd’hui, on a rendez-vous chez Genette alors on devrait se débrouiller pour arriver dans l’après-midi ou plus tôt…/… Il est bientôt l’heure de manger et en haut d’une côte, nous distingons une petite épicerie avec à côté des grosses enceintes  et un vendeur de bokit, poulet frit et bâtonnets de saucisse. Christophe achètera du maquereau, du pain, pilons de poulet et glace. Les glaces, nous les mangerons comme d’habitude en entrée. Philémon et Christophe décident que nous irons pique-niquer à ISULAKATI waterfall qui est une cascade au bord de la mer dans un soi-disant village amérindien reconstitué. C’est juste un village avec plein de stéréotypes pour amuser les touristes américains. Nous déjeunerons à coté de la cascade, d’un filet de pêche en plastique à côté d’une pancarte où il y a marqué : « terre rouge que mettaient les indiens ». Après manger, on se baigne dans la cascade et dans les bassins. Pendant qu’on se baigne, un homme vient dire à Christophe qu’il faut payer quelque chose. Après la baignade, nous partons chez le directeur qui nous demande 20$.../... On part chez Genette qui est en haut d’une côte très abrupte, alors une fois chez elle, c’est avec un grand sourire qu’elle nous ouvre ses bras. Son fils nous emmènera chercher des cocos et des cannes à sucre. Kaïs
5e jour de rando, Dimanche 25 janvier : .../... Genette vient nous chercher pour faire une rando, nous montrer la nouvelle route et d’autres trucs, mais on n’a pas tout compris, surtout que ça changeait tout le temps. Nous partons donc et nous montons la montagne, suivons une route qui suit la crête et rejoignons la nouvelle route. Elle est toute neuve et traverse le territoire Caraïbe. Là, pour faire plaisir à Christophe, elle descend très raide et atteint ensuite un terrain qui lui aussi appartient à Genette. À l’entrée, il y a plusieurs arbres par terre dans lesquels ils coupent des planches pour les vendre. Genette nous coupe 3 cocos que Kaïs a eu du mal à décrocher mais il y en a deux qu’elle qualifie comme pas bonnes car elles n’ont pas de chair. La troisième est légèrement piquante mais bonne. Elle nous donne aussi un morceau de gingembre pour le bateau et de la menthe poivrée avant de continuer le chemin. Elle parle, elle parle et reparle de sa vie, des personnes et maisons qu’on croise et nous donne aussi le nom des arbres ou plantes qu’on a croisées. .../… Arrivés à la maison après ces 4 heures de marche, Kaïs se fait faire des tresses plaquées, Christophe va se laver et je mange presque toutes les Kassaves. La douche est assez rigolote : un tuyau qui arrive dans les toilettes et mouille tout… ça nous a bien fait rire !.../… Genette nous demande si nous voulons peindre des pneus à fleurs, des pneus où poussent des plantes. C’est pas pratique, elle n’a qu’un énorme pinceau pour peindre les détails. Puis son fils arrive et nous ouvre deux calebasses que nous sculptons avec la pointe d’un couteau. C’est beaucoup plus facile que ce que je pensais que ça allait être. Philémon
Dernier jour de rando, le 26 janvier : Ce matin, nous rentrons sur Portsmouth, end of the adventure, il y a très peu de voitures qui passent sur la route et la plupart sont des taxicos qui vont vers Roseau ! On fait nos sacs, on fait la bise à Genette, on lui achète le cadeau pour Anaëlle et on attend avec elle qu’une voiture passe. Genette leur fait signe et leur demande s’ils vont vers Marigot ou Portsmouth, elle connaît tous les gens qui passent. .../... Une fois trouvé notre transport, les villages défilent, on reconnaît tous les endroits où nous sommes passés, les endroits où nous avons mangé et dormi. On dépasse le croisement de la route vers le nord, en 1h30 à peine, nous sommes de retour à Portsmouth. Nous avons mis 3 jours et demi pour faire ce chemin, la majeure partie à pied ! Le taxi ne coûte que 20$ EC pour nous trois (6 euros). Christophe

La rando de Jade et Hélène (extraits choisis par Jade) :
Une fois déposés à terre, c’est dans un transport collectif que nous embarquons et qui nous mènera jusqu’à Roseau. Arrivées là-bas, nous nous arrêtons devant un magasin qui vend de quoi manger et des boissons. Une fois notre pause jus finie, nous repartons, les auto-stoppeuses dégainent les pouces. Un homme d’environ une cinquantaine d’années nous accoste. Il discute avec LN. Arrivés en haut de la pente, nous faisons une pause et un taxico s’arrête. Nous montons avec l’homme qui lui aussi va dans la même direction. Dans la conversation, LN mentionne qu’elle est à la recherche d’un rasta qui s’appelle Happy qu’elle a perdu de vue depuis 20 ans. Ça tombe bien, le chauffeur du taxico se trouve être son frère ! Il l’appelle donc au téléphone et nous avons RDV à Sulphur Springs pour le retrouver. Nous arrivons à un petit croisement où une dizaine de boutiques de souvenirs s’entassent pour attraper le touriste américain rose, blanc, gras et suant qui se déverse des minibus successifs. Malgré quelques poils blancs dans leurs barbes respectives, LN et Happy se reconnaissent de suite. Nous visitons son terrain et lieu de travail. LN et Happy discutent puis au bout d’un moment, Happy nous propose d’aller dans son Zïon, son petit jardin d’Eden. Il y a tout ce qu’il faut pour se nourrir, s’abreuver et un carbet pour tendre son hamac.
Une fois installées, il est temps de penser à préparer le repas. Jade se lance dans la confection de chappattis tellement bons qu’on s’en fera péter la panse. La nuit tombe vite dans la montagne et à part une altercation avec un agouti curieux et gourmand, nous dormirons paisiblement sans se soucier de la pluie. Nous émergeons sous la pluie et en buvant notre café, nous décidons qu’il est temps de partir. Le plan est simple : en partant de Wotten Waven par un segment du waitikubuli, nous descendrons vers Victoria Falls pour rejoindre la côte est. Tous les gens à qui l’on demande le confirment : il ne faut pas plus de trois heures pour atteindre la première étape de notre but : le Boiling lake. C’est donc le pied léger et le sac plein de pamplemousses que nous nous engageons sur le chemin. Le chemin est bien signalé avec des marques bleues et jaunes, il est impossible de se perdre. 5 pamplemousses plus tard, LN admet qu’il faut rebrousser chemin car nous nous enfonçons dans la forêt vers nulle part. Après une heure et demie à se perdre, nous reviendrons enfin sur le bon sentier. Vers 17 heures, nous avons fait 5 heures de marche et malgré le fait que nous nous soyons perdues, nous aurions déjà dû atteindre notre but. Nous sommes épuisées et la dernière montée se fera à 4 pattes à cause de la verticalité de la pente. On arrête les frais, il faut monter le camp au plus vite. 10 min chrono et nous voilà installées à même le sentier faute de place. Avec la lumière, l’endroit semble beaucoup moins hostile. Jade part en reconnaissance rapide pour voir si l’on ne s’était pas arrêtées à 5 min du but, mais il semble que nous soyons bel et bien au milieu de nulle part. Nous décidons donc de rebrousser chemin après le petit-déjeuner. En route pour le village de Morne Prosper ! Il nous faudra 3 heures pour faire la route en sens inverse. Arrivées au village, on nous assure que Boiling Lake n’était qu’à 2 heures de là ! Tant pis, on abandonne. On repart direction Roseau dans un transport collectif et une fois arrivées, nous regardons la carte et pour choisir un endroit où dormir. Ce sera sur une plage, Batalie Beach qui se révèlera magnifique. Une fois débarquées, nous demandons au rasta assis sur la plage si l’on peut s’installer pour la nuit. Il nous y invite chaleureusement. C’est tout simplement le paradis : nous tendons les hamacs face à la mer et allons nous baigner. Une fois sorties de l’eau, LN va discuter avec le rasta Webster. Vient l’heure d’aller chercher notre repas, Jade s’en charge. Nous dévorons littéralement notre barquette. Une fois tout ça englouti, Webster vient discuter avec nous autour du feu. Jade part bientôt lire dans son hamac et LN ne tarde pas trop non plus. En se souhaitant bonne nuit, à 8h, nous remarquons le calme de l’endroit et le doux ressac, quand tout à coup un camion sono débarque et s’arrête au snack à 500 mètres du campement. Sono à fond ! Donc nous nous mettons à discuter et par chance, la musique s’arrête une heure plus tard. Réveil en douceur, Nous n’avons pas l’intention de nous mettre en route de suite. On fait sécher nos affaires et LN fait une première sieste à 10h du matin. Elle sera dérangée par des Dominiquais qui veulent lui offrir des noix de coco à boire ! Non mais quel sans gêne ! Elle râlera bien sûr, mais boira trois cocos sur quatre ! Jade tente de s’occuper seule pendant que LN dort de 13 à 15h ! Elle ramassera même un iguane borgne et ira le déposer dans le hamac d’Ln. Finalement, il est temps de lever le camp et rentrer à Portsmouth. Sacs sur le dos, nous voilà sur la route. Jade lève le pouce, mais LN s’enfonce dans les taillis pour chercher des graines. Lorsqu’une voiture s’arrête, Jade lui crie de se dépêcher, mais il semblerait que la tronche de la rouquine ne revienne pas aux automobilistes qui s’enfuient sans demander leur reste en nous laissant plantées sur le bord de la route. Une autre voiture nous prendra bientôt et nous emmènera à Portsmouth où nous rejoindrons le bord, bien contentes de notre rando dans la nature.

Puis avec Dayan, Elodie et Chloé (extraits choisis par Dayan) :
Nous sommes les premiers à embarquer dans l’annexe pour notre randonnée. Nous décidons de prendre un taxi collectif jusque Roseau. Nous partons vers le centre de l’île avec l’objectif de traverser d’Ouest en Est puis d’atteindre la pointe Sud, Scott Head dans 5 jours. À Roseau, nous allons à l'office national des forêts. Nous y discutons rapidement avec un homme qui travaille au national parc qui a participé à la construction du Waitukubuli, chemin qui traverse l’île du Sud au Nord en 14 segments et qui a été terminé l’an dernier. Après s'être fait prendre en stop par quelques voitures, nous arrivons sur les montagnes de la Dominique. La vue est magnifique et on se rend compte petit à petit que le Fresh Water Lake est très grand et qu’en fait, nous sommes en train d’en faire le tour. Bon, le plus drôle c’est d’entendre Chloé qui dit « C’est Horrible » en même temps que Dayan qui crie « C’est trop bien » ! On vous laisse imaginer la scène. Elodie, elle, trouve surtout ça rigolo. Le soleil est de plus en plus bas et nous n’arrivons pas à évaluer où se situe le village. Nous sommes obligés de sortir les frontales et de poursuivre le chemin de nuit car nous ne trouvons ni clairière ni arbres pour nous arrêter pendant un bon moment.
Il est à peine 9h30. On refuse la proposition de Chloé de passer la journée et la nuit sur place et rencontrons deux hommes sur la plage. Après discussions, nous décidons de poursuivre le chemin vers Petite Soufrière. Elodie se retrouve devant la responsable de l’école qui lui confie les clés, étonnée par l’aventure et la demande. Nous partons faire le tour du village qui est à flanc de montagne. Chloé est vite fatiguée et décide de faire demi-tour. Alors que notre chemin fait une boucle et que nous ne sommes plus qu’à 50 mètres de notre point de départ.
Après avoir petit déjeuné, nous voyons débarquer Cylma, la directrice de l’école et sa fille qui est aussi institutrice. Elles travaillent ensemble dans la même classe. Ici, il n’y a qu’une classe de 12 enfants, âgés de 3 à 5 ans. La loi oblige les écoles reculées à avoir deux professeurs pour une classe, car il y a quelques années, une institutrice est morte dans une classe et les enfants se sont retrouvés seuls. Chloé restera pour la matinée dans l'école et Dayan et Elodie iront faire un tour de village. Ils partent ensuite repérer la route pour cet après midi et ils se rendent jusqu’au village suivant : Saint Sauveur. Dayan se baigne et essaye de surfer dans les galets, mais finit par parler avec Will, un jeune Dominiquais qui essaye lui aussi de surfer dans les vagues. Lorsqu’on arrive à la place du village, nous sommes interpellés par les deux hommes qui y sont. L’un d’eux s’appelle Tyson et il essaye de comprendre ce que nous faisons là. Il nous emmène visiter la seconde partie du village où il habite. Pas de route, que des chemins en terre pour arriver jusque chez lui. Il vit seul dans une petite maison bien rangée. Il nous offre à boire et nous montre son matériel de pêche.
Pendant ce temps Chloé à l'école: J’aide les petits à écrire leurs noms et prénoms, à leur apprendre les couleurs et les formes. Ensuite dès qu’ils ont fini leur travail, ils peuvent aller jouer. Ils jouent pendant une vingtaine de minutes et c’est reparti, on retourne en classe. Ils récitent par-cœur les prières et dès qu’ils ont fini, ils mangent leur goûter.  Après le goûter, nous jouons au foot, mais cette partie part un peu dans tous les sens, mais ce n’es pas grave car tout le monde s’est bien amusé, même les profs.
Nous embarquons à 12h30 avec une partie des enfants dans le bus scolaire qui est gratuit, direction Castle Bruce. Nous marchons donc jusque la sortie de la ville et tendons le pouce. Les voitures roulent vite, sauf une qui arrive tout doucement et pas vraiment en ligne droite mais qui s’arrête. Nous montons quand même dedans. Au bout de quelques voitures et beaucoup d'aventures nous arrivons aux Victoria Falls, sous une ancienne distillerie pleine de nids de guêpes. Nous nous rendons compte que nous n’avons plus de gaz, donc plus de réchaud ! Et là, ré-apparaît notre homme de tout à l’heure, qui sort sa machette et nous aide à faire un feu. Il s’appelle Edward, il a 46 ans mais en fait 10 de moins et restera manger avec nous. Il nous parle un peu de sa vision de la rasta attitude et comme il est sympa et que nous avons envie de dormir, nous lui proposons de nous accompagner demain aux cascades pour continuer à discuter.
Edward nous rejoint très rapidement avec une pastèque. Nous pensons qu’il a passé la nuit à côté pour veiller sur nous. C’est donc parti pour les chutes Victoria. Il nous entraîne dans la rivière que nous remontons à travers les galets et les rochers en manquant de tomber plusieurs fois. Dayan trace devant, Chloé crie et se retrouve jusqu’au ventre dans l’eau, Elodie finit pieds nus et cherche le chemin. La vue sur la chute est magnifique, elle fait au moins 20 mètres de haut. Edward nous propose de le suivre en forêt. Cela nous motive bien, mais Chloé ne s’en sent pas les capacités et nous ne voulons pas la porter. Elle ne veut d’ailleurs même plus porter la nourriture collective. Nous quittons donc ici Edward et repartons sur la route direction le Sud et les sources d’eau chaude de Grand Soufrière. Après une journée de marche et de stop, nous entamons le Waitukubuli et avons l’agréable surprise de trouver un carbet vue sur mer, vue sur le village de Soufrière et vue sur le coucher du soleil. Nous décidons donc de nous y arrêter. Dayan se lance dans la préparation du feu, mais deux heures plus tard, trois brasiers de feuilles, une danse du ventre, une casserole d’eau de toute façon froide, renversée et malgré son acharnement qui nous fait bien rire, nous mangerons des pâtes chinoises crues et des gâteaux, pour ensuite aller nous coucher le ventre bien plein…
Ce matin, c’est donc le ventre vide que nous partons sur le chemin, à la recherche des sources d’eau chaude. En tous les cas, après une heure de descente en forêt, nous trouvons des bassins d’eau marron mais chaude, aménagés et déserts. C’est de l’eau chauffée par le souffre. Nous passons donc d’une petite piscine à une autre et nous en profitons pour nous laver avec plaisir.
Arrivés au village de Soufrière, nous achetons enfin notre petit déjeuner, composé de biscuits, que nous dégustons au bord de la plage avec les chants de la messe en arrière fond. Devant nous, le paysage de Scott Head. Nous rejoignons le lieu rapidement en stop. Nous grimpons jusqu’en haut de la pointe, laissant Chloé au pied. Et nous apprécions le paysage et le moment. C’est la fin de notre rando. Le déjeuner, un coup de stop jusque Roseau, un coup de bus jusque Portsmouth. Chloé rentre en annexe avec nos sacs. Nous, nous jetons dans l’eau pour rejoindre le bateau. Nous nous décrassons trois fois au savon et retrouvons Anaëlle, Tit et Moussa avec plaisir.




19 janvier 2015

La Dominique...

Bonjour à tous, le bateau est arrivé en Dominique hier après leur courte escale technique en Martinique.  Juste le temps d'acheter une nouvelle annexe et de faire les pleins de fruits et légumes.
L'équipage se prépare pour trois semaines d'escale avec au programme des randonnées sur les sentiers de cette île magnifique: rivières, cascades, sources d'eau chaude, volcan et beaucoup de personnes à rencontrer.
Ci-dessous trois nouvelles photos de leur périple en Guyane
A bientôt
Kélig