Année 2012-2013

www.flickr.com
associationgrandeurnature photos Plus de photos de associationgrandeurnature

18 octobre 2018

Episode 2 : en route pour “Las Canarias”

De l’eau gris de plomb, une houle qui forme des collines et des vallons. Plus rien a l’ horizon… C’est l’Atlantique !!!!
La dernière fois qu’on vous écrivait c’ était en passant les portes de la Méditerranée: Gibraltar.
Depuis on a découvert l’ Atlantique,
Filante au près et au portant,
Parfois en chantant, d’ autres en vomissant,
Il règne à bord une ambiance, euphorique, comique, cosmique, tragique, nostalgique, ramoulique, tristique, pathétique, pacifique, pratique, tactique, merdique, excentrique, narcissique, stratégique, mélancolique, ludique, pronostique, pédagogique, magique, artistique, Afrique, hystérique, électrique, fantastique, intergalactique…
Alors quoi de neuf pour l’équipage?
Déjà 6 jours que nous sommes en mer, comme hors du temps, il est difficile de faire le compte de ces journées qui se suivent mais ne se ressemblent pas.
On a beaucoup navigué, on s’est pas mal amariné.
Et l’on ne compte plus les centaines de milles qui nous séparent maintenant de la France.
C’est parti droit devant pour l’aventure.
Les Canaries se rapprochent à grands pas, et notre GG filant à 8/9 nœud dans une belle dépression semble impatiente d’arriver à la Palma: Prochaine escale où de belle marches et magnifiques rando « volcaniques » nous attendent.
Mais pour cela ne ratez surtout pas la suite au prochain épisode…

15 octobre 2018

Le bateau est aux Canaries

Le bateau arrive aujourd'hui à la Palma, l'île la plus à l'Ouest des Canaries.
De là, ils pourront nous envoyer des nouvelles.
Christophe pour GN

11 octobre 2018

Position du bateau le 11-10

Position du bateau à 18 heures aujourd'hui:N 33°52' -W10°06'. Ils ont du vent dans le nez, 18 noeuds de SW et sont à 500 miles nautiques de l'île de la Palma.
Seul commentaire, pas trop de vomi, c'était pire en Méditerranée! Youpee!

8 octobre 2018

Lettre collective de Sète à Gibraltar ! le 08 octobre.

Bonjour cher parents, ami(e)s et adhérents ! 
Après le départ, à Sète nous étions 11 à bien arriver à Gibraltar ! (jeux de mots?)
Dimanche 30, un dernier plein de gasoil avant de hisser les voiles devant la digue où les tout derniers bras s’agitent pour nous souhaiter bon vent. Ce vent qui, d’ailleurs, nous fut favorable pour repartir sur de bonnes bases de navigations avec les capitaines « Ben et Sébastien » ! Tout au cours de l’après midi le vent est monté et on a commencé les quarts de nuits avec deux ris dans la grande voile (voile bien réduit en surface), 25 nœuds de vent qui nous pousse (50 km /h) et une mer très formée ! 
Lors des quarts on se relaye sur le pont par groupe de 3 pendant 3h pour faire avancer le bateau et avoir une veille permanente sur ce qui se passe autour de nous. 
Pour commencer ce sont des conditions de navigations bien agitées, certains vomissent dans des seaux alors que d’autres prennent plaisir à barrer Grandeur Nature qui surfe sur les vagues. 
Le mardi la mer se calme dans l’après midi mais nous gardons quand même une bonne vitesse, 168 milles en 24h (310 km à peut près). Nous commençons à pouvoir faire nos premiers cours d’espagnol et prendre un rythme de vie normale. 

Différentes responsabilités ont était proposé aux jeunes « aventuriers » :
-Le loan  à l’intendance
-Maya au matelotage
-Elio aux moteurs
-La Loan à la sécurité
-Mickaël à l’électricité
-Timothée annexe et rangement filet arrière
-Louis à la gestion de l’énergie et de l’eau.

À partir de mercredi le vent est complètement tombé et la mer est devenu d’huile jusqu’au lendemain. 
Les avantages, c’est que l’on a pu observer une grande quantité de dauphins, de magnifiques couchés de soleil et l’équipage a pu se reposer et manger convenablement, remanger tout simplement pour certains. 
Les inconvénients c’est qu’on avance pas beaucoup et que l’on a du passer une nuit au moteur ! 
Le vent est revenus dans l’après midi et nous avons passer la pointe de Gata le jeudi matin. 
Les conditions de navigations ont mollit et on a alterné voile et moteur jusqu’a Gibraltar, nous en avons profité pour prendre un moment pour s’exercer à la récupération d’un homme à la mer (avec une bouée et pas un équipier).

Petites impressions personnels de cette traversée de la Méditerranée sans escale :
-Maya : c’est pas toujours facile, surtout les 2 premiers jours parce qu’il y avait beaucoup de vagues et de vent. J'avais l’impression d’être vide et sans énergie par la suite c’était « génialissime » et merveilleux de pouvoir revivre normalement et pour couronner le tout 50 dauphins sont venus nous voir. J’était contente aussi de revoir la terre.
-Le Loan : les deux premiers jours ont était assez dur à cause du mal de mer mais maintenant que la mer est calme ça devient long. Je suis content de retrouver la terre et de voir les dauphins, il me tarde d’arriver aux Canaries.
- Timothée : j’ai bien aimé mais j’ai eut un coup de mou quand la mer bougeait beaucoup, sinon ça me fait vraiment plaisir de participer à ce voyage. La terre ne me manque pas mais j’ai envie d’avancer avec le bateau et d’arriver aux Canaries.
-La Loan : c’était cool parce qu’on a appris pleins de choses et qu’il y avait beaucoup de bonne humeur et de partage. Ce qui est moins cool c’est le mal de mer, donc « la molitude ».
-Sèb : on a fait pas mal de trucs mais il reste du boulot, une navigation complète comme la galette !!
-Louis : les 2 premiers jours ont était long à cause de la météo et du fait de quitter ma vie tranquille. Après quand la météo s’est améliorée on a pu faire des activités et du coup s’occuper l’esprit et faire passer le temps. Il me tarde d’être à terre pour faire des activités terrestre et voir du monde.
-Isma : pour moi la mer c’est surtout un prétexte pour apprendre à vivre ensemble, se connaître et se rencontrer. Du coup c’est positif !
-Elio : c’est un peu long au début mais maintenant que j’ai pris l’habitude du bateau c’est bien. j’aime la navigation mais un peu de terre ne me fera pas de mal !
- Mickaël : ces qq jours de nav était long, la terre ne me manque pas trop car le spectacle des dauphins est magnifique chaque jour. Je suis pressé d’arriver aux Canaries pour faire de la rando.
-Ben : j’adore la mer, j’ai besoin d’être avec des gens et me sentir utile, donc je me sens bien. La navigation était chouette il nous a juste manqué le spi pour les 3 jours de portant à moins de 10 nœuds de vent. Belle énergie dans le groupe hâte de vivre la suite !
-Océane : J’apprécie la dynamique du groupe et je perçoit l’importance d’un équipage. La bienveillance qui règne entre chacun me plaît beaucoup, j’espère que nous allons continuer dans cette lignée, voir s’améliorer. Heureuse d’être à bord ! 

Voilà pour les nouvelles fraîches, vous recevrez une nouvelle lettre collective depuis les Canaries ! 
Vous pouvez joindre le bateau pour ceux qui ne le savent pas encore, en envoyant vos mails en pièce jointe (plus facile et rapide pour nous) à l’adresse suivante : catagrandeurnature@gmail.com


L’équipe à bord pour les gens restés à terre ! 

5 octobre 2018

Position du bateau le 05/10 à 13h30.

Le bateau est dans le sud de l'Espagne, au large d'Almeria, à 300 km du détroit de Gibraltar...
Ils ont du vent de NE à 15 noeuds. Ils prévoient de passer une nuit au mouillage avant de reprendre la mer vers les îles Canaries.

8 septembre 2018

L'Assemblée Générale de GN et le départ de l'expédition 29 & 30 Septembre 2018

 Bonjour, adhérents et amis, ainsi que tous les «Grandeur Naturien».


L’assemblée Générale de Grandeur Nature aura lieu le samedi 29 septembre à Balaruc-les-Bains 
Le lieu. Chez les Kergomard, Zone Activité Economique-36 Rue des Trimarans–34540 Balaruc-les-bains (Hérault).Gare SNCF la plus proche: Sète.
Le rendez-vous précis est entre 13h47 et 14 heures.
Dites-nous si vous avez besoin d’un transport depuis la gare.

Le programme:
Samedi de 14 h à 19 heures: Assemblée Générale
- Bilan de l’année écoulée.
- Rapport moral et financier.
- L’Expédition 2018/2019.
- Élection du Conseil d’Administration.
- Présentation en images de nos activités de l’année 2017/2018.



À partir 20 heures, Repas du soir ensemble, pour ceux qui le souhaite. Apportez de quoi manger pour le samedi soir pour un buffet collectif à partager sur place.

Le départ de l’expédition 2018/2019 aura lieu le dimanche 30 septembre au matin, depuis le port de Sète ! Faites-nous savoir si vous pensez être présent…
Bonne rentrée à tous !

Vous pouvez adhérer pour 2018-2019  (bulletin ci-joint).

Pour Grandeur Nature, le Porteur de Projet 

M. Dasnière Christophe.

9 août 2018

Nouvelles de GN

Bonjour, adhérents et amis, ainsi que tous les «Grandeur Naturien».

Quelques nouvelles d’après stage de juillet, en plein été, peut-être en vacances…
Le stage, vous en lirez le récit dans le journal, mais vous pouvez aussi voir des photos sur le blog:
 https://www.flickr.com/photos/grandeurnature/         Pour résumer, nous avons passé de bons moments, tous ensemble, avec je l’espère l’équipage de jeunes au complet pour l’expédition 2018/2019 !

Un point sur les finances de l’association, nous allons être « pauvres » avant le début de l’expédition et une petite explication s’impose: En juin nous avons dû payer 5000 €, lors d’une « conciliation » devant les prud’hommes avec un ancien salarié encadrant de la dernière expédition (2016/2017): M. Dupont Jacques.
Nous avions embauché M. Dupont pour un contrat de 12 mois en CDD dans le cadre d’un emploi aidé (CUI-CAE) nous avons signé un contrat type, qui est le même pour tous les salariés de Grandeur Nature (SMIC - 35 Heures) quel que soit leur poste et leur ancienneté. Comme il s’agissait d’un contrat aidé d’un an renouvelable, avant l’échéance du contrat nous avons signé avec M. Dupont la prolongation de ce contrat (avec la région qui en finance l’aide). M. Dupont a décidé deux jours après de ne pas exécuter ce contrat. Nous avons demandé à notre comptable de calculer le solde de tout compte pour l’année de contrat écoulée (comme pour tous les salariés), le comptable nous l’a fait parvenir en nous signalant que les contrat aidé type CUI-CAE ne donnait pas droit à une prime de précarité, nous ne lui devions pas de prime de congés, M. Dupont ayant été payé pendant 5 semaines de congés qu’il a pris du 30 juillet au 9 septembre, (40 jours). J’en ai informé M. Dupont en même temps que nous lui versions son dernier salaire, comme il s’étonnait de ne pas toucher de primes, nous lui avons transmis la réponse du comptable. Mais il a continué à demander le paiement de cette prime qui était écrite dans le contrat type signé.

Après de longs échanges (par mail) pendant le mois d’octobre entre M. Dupont et le Conseil d’Administration, nous avons pu nous voir avec M. Dupont à Sète, la veille de l’AG annuelle de GN. À cette réunion était présent une dizaine de personnes, (les 2 tiers du C.A. de G.N. et une partie de l’équipe encadrante), nous avons discuté pendant plusieurs heures. M. Dupont a maintenu sa demande de recevoir des primes, principalement au motif qu’il avait travaillé plus que les autres permanents ayant participé au 10 mois d’expédition et d’après lui avait été moins payé, nous avons refusé, M. Dupont ayant touché autant d’argent que les 2 autres permanents pendant les 12 mois de son contrat: M. Dasnière (permanent sur le bateau et au secrétariat et porteur du projet depuis 22 ans): 13685 € . Mme Hunter-Laval (permanente sur le bateau et au secrétariat): 14455,52. Et M. Dupont (permanent sur le bateau) : 14438 €, tout en étant nourri et logé pendant les 10 mois (ce qui n’était pas le cas de M. Dasnière et Mme Hunter-Laval pour les 5 mois où ils se relayaient au secrétariat de l’association en France).

En Mars 2018, M. Dupont a porté ce « litige » devant les prud’hommes, une réunion de conciliation a été programmé le 19 juin, c’est M. Rose Sébastien, ancien président de Grandeur Nature, qui y représentait l’association. Nous avions décidé de payer la prime de précarité, car cela était écrit dans le contrat que nous avions signé avec M. Dupont, reconnaissant aussi que nous avions fait une erreur dans la rédaction du contrat et nous espérions que M. Dupont ne réclamerait pas la prime de congés payés (qu’il avait déjà touché).
Mais M. Dupont a refusé et réclamé les congés payés, ajoutant qu’il voulait toute la somme qu’il avait demandé et compte tenu du temps qu’il avait effectivement travaillé, il serait même en droit de réclamer plus!
Il a alors sorti une attestation qu’il avait demandé à une des jeunes de l’expédition (qui est majeure) attestant « qu’il avait travaillé pendant 10 mois 24h/24 sur le bateau »…
Voilà, nous avons donc payé à M. Dupont ce qu’il réclamait, primes et congés = 2782,31 € (pour solde de tout compte), auquel il faut rajouter= 2172,23 de charges donc un total de: 4954,54 €!
Ayant obtenu l’assurance du tribunal des prud’hommes que M. Dupont ne pourrait rien nous réclamer de plus à l’avenir, ce qu’il a signé.

Une partie des salariés de la dernière expédition a décidé de reverser leurs primes, pour que la prochaine expédition ne soit pas trop impacté par ce manque d’argent.

Et nous faisons appel aux adhérents et soutiens de Grandeur Nature pour nous aider, je rappelle que nous sommes autorisés à recevoir des dons déductibles des impôts (voir ci-joint).

Sinon pourquoi vous raconter (en détail, même si j’ai fais bref) cette triste histoire, d’abord parce qu’il s’agit de l’argent de l’association et que nous devons rendre des comptes sur ce que nous en faisons, mais aussi il faut bien le reconnaître, afin que de futurs employeurs ou personne ayant affaire à M. Dupont Jacques soit au courant de ce qui s’est passé lors de son passage à Grandeur Nature !

Autre sujet L’assemblée Générale de Grandeur Nature aura lieu le samedi 29 septembre à Sète
(ou chez les Kergomard à Balaruc-les-bains) à partir de 14 heures.
Le départ de l’expédition 2018/2019 aura lieu le dimanche 30 Septembre au matin, depuis le port de Sète ! Faites-nous savoir si vous pensez être présent…

Voilà, Bon été à tous !

Pour Grandeur Nature, le Porteur de Projet
M. Dasnière Christophe.