Année 2012-2013

www.flickr.com
associationgrandeurnature photos Plus de photos de associationgrandeurnature

6 décembre 2016

La lettre co de Fernando par Joao Maria y Cristovao.


Nous sommes arrivés à Fernando de Noronha le 19 novembre dans l’après midi.  Nous savons que nous sommes là pour 2 semaines, mais à part Christophe, personne n’est jamais venu, alors, il faut d’abord obtenir les permis pour rester sans payer les taxes et rencontrer les gens qui nous guideront sur l’île.  Faire ces différentes tâches administratives nus prendra 2 jours ! Pendant ces deux jours là, nous faisons des travaux sur le bateau : recoudre le taud de grand-voile, faire des surliures sur les cordages, réparer le guindeau, faire les textes de la traversée, des mails etc…

Le 21/11 nous mettons enfin le pied à terre après le repas de midi, nous préparons nos affaires pour partir à la découverte des plages de l’île. Premières impressions, l’eau est claire, un peu agitée, ce qui ne nous empêche pas de nous baigner. Nous passons sur une autre plage, toujours aussi paradisiaque, sable blanc et cocotier. Nous nous baignons un bon moment, Xan nous montre comment faire du bodysurf.  On a aussi joué au football… Le soir, nous avons invité Bertrand de Broc, un des concurrents du Vendée Globe qui après deux semaines de courses à dû abandonner et se retrouve au mouillage sans annexe, loin derrière nous. Il nous propose de visiter son bateau !

La première personne avec qui nous passons un peu de temps c’est Bertrand le navigateur, il nous fait visiter son bateau de course. C’est un monocoque, il est grand, surtout pour une personne seule ! C’est pas trop confortable, à part l’endroit ù il dort qui est un coussin plein de microbilles, sinon il y a plein d’appareil électroniques. Il navigue depuis qu’il à 19 ans, c’était son 4è Vendée Globe, il a 55 ans, il a un frère qui navigue aussi mais pas pour faire de la course. Xan l’a aidé a réparer son moteur. C’était une chouette rencontre.
On a aussi rencontré Patricia qui travaille à l’administraçao de l’île où elle s’occupe du tourisme, c‘est elle qui nous a obtenu de ne pas payer la taxe de séjour, elle nous a montré un montage vidéo et photo sur l’île et expliqué l’histoire de Fernando qui fut pendant longtemps un volcan puis une prison.

On a aussi rencontré Felipe, qui travaille pour la fondation TAMAR qui protège les tortues au brésil. Il nous a invité a venir voir sur une plage le baguage d’une tortue. Jean Marie à trouvé ça instructif et Christophe que c’était du chaud-business sur le dos de la pauvre Tortue !

Jean Marie a rencontré Andrès qui travaille dans un resto de plage à Cacimba do Padre. Il l’a interviewé. Il est aussi allé travailler à la boulangerie pendant une journée, comme l’ont fait d’autres jeunes, d’autres années, avec à chaque fois le même boulanger très sympa.

On a rencontré des volontaires de l’ICMBIO (le parc) qui nous ont d’abord expliqué le fonctionnement du parc naturel. Elles et il sont venus manger sur le bateau et faire une interview pour le journal du parc. Il y avait : Aline, Anna, Juliana, Vinicius,…ainsi que Paula, Celine, Carolina qui ont aussi dormi sur le bateau, et nous ont accompagné dans plusieurs activités : Rachel et Celia dans leur activité à l’école et aux piscines naturelles d’Atalaia, à la plus longue ballade de l’île avec Anna, Léa a été invitée à manger par Aline. Cette même Aline (dont j’avais dessiné sur le sable…) nous a fait rencontrer Marlos et les professeurs de surf de l’école de Conceçao.

Enfin, la deuxième semaine, nous avons rencontré Pedro, un vieil ami de Christophe qui est fiscal au parc. Avant, il était absent car il était tombé malade et a du aller à Recife pour faire des examens. Il a passé plusieurs journées et soirées avec nous pour nous raconter sa vie et la vie sur l’île de Fernando.

Nous avons fait toutes les plages de l’île : Cachorro, Meio, Conceçao, Boldro, Americano, Bode, Cacimba do Padre, Bahia dos Porcos, Sancho, Praia do Leao, Sureste et Atalaia. Sur toutes ces plages nous nous sommes baignés, nous avons marché, joué, sur certaines nous avons fait du surf ou observé les poissons. Certains jours nous avons fait tout cela à la fois. La plage préférée de Jean Marie c’est Conceçao pour faire du surf et du bodysurf. Pour Christophe cela reste la plage de Sancho parce que c’est beau et que c’est beau quoi ! Celle que l’on aime le moins c’est la plage d’irritaçao à cause du sable et du sel !

Les animaux que nous avons observés à Fernando. Bien sûr en premier les dauphins « rotadors » qui venaient à côté du bateau tous les matins en faisant des pirouettes. On a appris plein de choses sur eux, par exemple qu’un dauphin c’est juste un requin « gay » c’était marqué sur les T-shirt en vente au musée du requin (pas très objectif). Nous avons vu plein de poissons : raies, murènes, chirurgiens, perroquets, des thons morts déchargés par les bateaux de pêche. Des tortues qui étaient toute la journée dans la baie du mouillage et même dans le port, il fallait faire attention avec le moteur de l’annexe. Des lézards qui viennent essayer de voler la nourriture quand on pique-nique, des téju -espèce d’iguane( toi même) – plein d’oiseaux : des fous qui plongent dans les vagues au milieu des surfeurs et des baigneurs, des frégates qui suivent les bateaux de très près pour attraper les déchets de poisson, des paille-en-queue dès que l’on s’éloigne en mer, des oiseaux terrestres noirs, blancs et des chats, plein de chats. Il paraît qu’ils sont plusieurs milliers sur l’île et qu’il y a des campagnes sur l’île pour les stériliser.
L’animal préféré de Jean Marie c’est le dauphin, j’aime le regarder faire des pirouettes, et en retombant ils font des plats.
Et Christophe, son animal préféré, c’est le conducteur de Jeep quand il le prend en stop.

La journée du 2 décembre.
Ce jour là nous nous sommes séparés en 2 groupes. Un groupe partait avec le bateau pour faire le tour complet de l’île. L’autre groupe partait vers la pointe Ouest de l’île pour faire une longue ballade dans le parc. Les joyeux marcheurs étaient : Aude, Jacques, Rachel, Anaëlle et Jean Marie, ils étaient accompagnés par Anna, une des volontaires de  l’ICMBIO.  La marche a duré environ 5 heures, passant sur des chemins et des cailloux, pour atterrir au bout de l’île dans une grotte. C’était magnifique. On a aussi vu des piscines naturelles et on s’est baigné dedans. On était les seuls sur ces chemins, cela nous a donné une autre vision de l’île ! Pendant ce temps là, avec les joyeux marins : Xan, Christophe, Matthias, Emerson, Léa et Célia nous avons fait le tour de l’île à la voile avec Pedro comme guide en passant par l’Est puis le Sud.  D’abord un long bord au près avec de la houle, puis un autre bord en évitant des récifs ou la mer déferlait très fort. Nous sommes repassés devant plein d’endroits que nous connaissions de la terre. C’était super et Pedro a parlé pendant tout le trajet. On a mis 4h, et ce n’était pas désagréable de fonctionner en demi-équipage.

Aujourd’hui, 3 décembre, l’île diminue derrière le barreur, on voit encore le Pico et les falaises du Nord-ouest de l’île. Nous avons passé 14 jours d’escale, Jean Marie pense que c’était trop cool, les paysages étaient magnifiques, le plages paradisiaques, il a aimé les plongées surtout celle sur l’épave dans l’entrée du port. Christophe a trouvé que c’est passé super vite, c’est le genre d’endroit loin où on est jamais sûr de revenir même si on y laisse des amis.

Avec Pedro nous avons pas mal parlé de ses rêves et de ce qu’il a envie de faire à la retraite qui ne devrait pas tarder pour lui… Son idée se serait de trouver un Français qui vienne avec un bateau, un cata par exemple parce que c’est bien, oui ! Et avec qui il s’associerait pour faire des balades à la voile et faire découvrir l’île ! Ils pourraient même faire de la pêche, hors des limites du parc bien sûr car Pedro il connaît tous les endroits et ici c’est bon pour la pêche !
Si en plus c’est une Française et qu’elle sait faire des crêpes, il est même capable de divorcer et de l’épouser ! Parce que les Françaises, elles sont bien et elles savent cuisiner, pas comme les Brésiliennes…
Devant nos étraves, la côte du Brésil, l’Amérique du sud et la ville de Fortaleza à 350 miles.

JM et Ch


3 décembre 2016

déjà deux semaines...

Bonjour à tous,
C'est aujourd'hui que nous quittons Fernando et tous les amis que nous nous y sommes fait!
Quand je suis partis du bateau pour venir sur internet, les deux kayaks étaient au milieu des dauphins...Nous allons donc quitter cet après-midi ce petit paradis animalier, où tout le monde a vécu de belles aventures, nous allons profiter de la navigation vers Fortaleza pour vous écrire tout cela, en attendant j'ai rajouté encore qq photos sur le blog!
Prochaines nouvelles dans quelques jours depuis le continent Sud-Américain!

Até logo!
Christophe

29 novembre 2016

Bientôt des nouvelles de Fernando...

Je ne vais pas vous mentir, tout le monde est à fond dans pleins d'activités sur l'île, là pendant que je suis sur internet, tout l'équipage est à la plage pour faire du surf!
Ce matin, Mathias, Emerson, Anaelle et Aude sont partis à 5H15 avant le lever du soleil avec 2 biologistes à la baie des Dauphins... Pendant ce temps-là au bateau nous prenions le petit déjeuner avec 4 volontaires du parc qui ont voulu dormir dans nos filets avant pour voir les étoiles et avec qui nous avions passé la soirée.
Ensuite nous sommes allés voir une expo sur l'installation Photovoltaïque de l'île ainsi que l'usine de dessalinisation de l'île (avec Mathias, Emerson, j-Marie, Xan et moi), Rachel et Célia faisaient une sortie nature avec des enfant de l'école et des volontaire du Parc et enfin Léa avait été invité par une des volontaires qu'elle a interviewé à manger à midi...Et c'est comme ça tous les jours de 5H40 à 21 heures!
Tout ça pour dire que l'on a vraiment pas beaucoup de temps libre et que nous repartons samedi de ce petit paradis...Alors pour vous faire patienter je mets quelques photos sur le blog...
Christophe

24 novembre 2016

la lettre de léa et Xan


Lettre collective traversée aller.
Jacques, le 9 novembre, sur la vie de groupe :
La traversée de l’océan est probablement une bonne occasion de quitter le continent de l’enfance et de désormais assumer le statut d’être humain conscient et responsable de ses actes. Et en quittant l’hémisphère de l’individualisme, pourquoi ne pas rentrer ensemble dans celui de la vrai solidarité d’un équipage où les autres sont tout aussi important que soi. En effet sur l’océan, sans eux, strictement rien n’est possible à part disparaître comme chose insignifiante au milieu de l’immensité, alors qu’ensemble, on peut arriver de l’autre côté, plus fort de cette expérience commune, afin de continuer à découvrir le monde qui nous entoure et son univers intérieur.
-Alors, il faudrait qu’on fasse une lettre collective pour envoyer à tout le monde dès notre arrivée à Fernando da Noronha.
-Oui, bonne idée, racontons leur la traversée !
Jean-Marie, le 10 novembre, sur ses impressions dans l’océan :
Ça me fait bizarre de traverser l’Océan atlantique, je me sens tout petit ! Le bateau bouge un peu et certains sont malades. Célia nous fait une révision  sur la sécurité. Après, Jacques nous fait réviser les nœuds. Je suis pressé d’arriver à Fernando da Noronha mais en même temps je pourrais pêcher pendant la nav, lire mes livres, faire mes jeux que j’ai ramenés de chez moi et aussi me baigner dans la mer
-Pour ça, il faudra qu’on parle de la météo…
-Ca, on peut dire qu’on n’aura pas connu la monotonie à ce niveau là ! Au début, ça filait, le vent était avec nous et on surfait sur les vagues. Les journées étaient agréables et belles, et on a bien vite vu disparaitre les îles du cap vert au loin. Très vite, après quelques jours, on est arrivés dans la zone du pot au noir, et c’était tout de suite une autre histoire… On aura tout eu : la pétole avec les voiles qui claquent dans le vide, les grains avec vent et pluie, parfois juste le vent lui-même qui se faisait capricieux et qui tournait plusieurs fois par jour.
Xan, le 15 novembre, sur la météo changeante et la pêche :
« La grande bleue est capricieuse et nous ne sommes pas très bien protégés, alors le regard vers l’horizon prend sa part d’appréhension ici, une muette interrogation des cieux et des vagues.  Dans la zone de pot au noir ou nous nous trouvons, encore plus qu’ailleurs.
Je vous raconterai comment le temps est changeant ici, le vent tourne plusieurs fois par jour,  quand il est là, la houle se fait tantôt berçante, tantôt mouillante, parfois chaotique et souvent longue, ronde et belle comme on en voit seulement au cœur de l’océan ».

« Alors oui, petit ombre au tableau, il faut vous quand même vous dire que nous déplorons la perte de deux de nos leurres de pêche, dont au moins un, au vu de l’état mâchouillé du fil, à fini dans la gueule de quelque créature marine.
Consolation cependant, alors que se tourne la page de cette journée de traversée, la visite brève de deux dauphins venus nous offrir quelques minutes de spectacle aux étraves pendant le quart que je partageais avec Emerson ».
-Pendant ces 2-3 jours, la moyenne en a sérieusement pris un coup ! On a vite repris de la vitesse cependant quand le vent est revenu sur les derniers jours, mais il a fallu en payer le prix… Le vent a tourné au près (presque de face) et a bien forci. Les vagues nous ont mouillés, le linge et les cabines ne séchaient plus, impossible d’aérer … En plus, il faisait toujours chaud, l’atmosphère dans les coques est vite devenue étouffante !
Léa, le 13 novembre, sur les apprentissages :
Nous enchaînons la matinée avec Xan qui nous fait un cours sur la navigation et sur le bateau. Après une bonne heure d’explications, je finis tout de même par enregistrer quelques informations. A la fin les adultes nous proposent à chacun de faire des exposés sur Fernando car c’est la prochaine escale prévue. Je n’avais pas d’idée précise tandis que les autres eux ont chacun choisi un thème. Aude me proposa d’organiser le cours de portugais avec elle pour le goûter. Parce que je m’en sors plutôt pas mal selon elle et les autres. On se mît sur les filets puis commença à écrire le cours. Pour ne pas compliquer la tâche aux autres, on a opté pour des choses basiques. Au moins nous pourrions échanger quelques phrases pour se présenter avec les brésiliens
-Une journée, il y a même eu de la pluie pendant des heures, de la fin des quarts de nuit jusqu’à 16h ! Les quelques courageux qui sont restés sur le pont ont fini avec les mains toutes fripées...
Mathias, le 16 novembre, sur le pont pendant les grains :
Le vent forcit et la pluie aussi. Il ne reste donc plus que Christophe, Xan, Emerson et moi, sous la pluie pendant que certains en profitent pour faire leur douche. Au moment où on commence à avoir vraiment faim, les cuisinières, Aude et Léa, nous servent un repas qui nous ragaillardi. Mais déjà mes mains et mes pieds commencent à ramollir et mon corps à se refroidir.
-L’équipage a du apprendre à la dure la gestion des vêtements mouillés, l’humidité des couchages et l’inconfort des cirés... Heureusement, la dernière matinée , plus calme, nous a permis de prendre de l’avance sur la grande aération de fin de traversée !
-C’est vrai que ça fait du bien de se coucher dans des draps secs !
-  La mer paraît bien vide quand on en parle comme ça, mais au final, nous avons quand même croisé quelques uns de ses habitants !
-Oui, sauf des poissons comestibles, au grand désespoir de notre équipe de pêche.
- nous avons vu certains animaux marins, comme des globicéphales (Globicéphaux?), c’est très gros et cela nous a tous impressionnés. On a aussi vu des baleines et plus particulièrement la queue de l’une d’entre elles. Nous avons pu observer son souffle, quand elle crachait de l’eau par son évent. Certains membres de l’équipage ont même eu l’occasion  de voir une tortue ! Les oiseaux de mer nous ont accompagnés tout au long de la traversée : des puffins au début, qui volaient en rasant les vagues, puis, en approchant de l’arrivée,  on a commencé à apercevoir des fous qui filaient comme des fous, a toute vitesse, afin de chasser des poissons volants. Ces petites bêtes pouvant planer longtemps, qui s’incrustent parfois sur le pont et qui sentent fort mauvais !
-N’oublions pas la visite des dauphins !
-Oh oui ! C’était le 17 novembre, on a vu un groupe de dauphins (plusieurs dizaines !) faire plein de pirouettes.
-Je crois même avoir aperçu quelques méduses à voile en arrivant. Mais bon, n’oublions pas que cette longue navigation aura aussi été une étape de plus dans l’avancée du voyage et dans la vie de groupe !
-Oui, et avec deux nouveaux membres dans l’équipe, les petits bouleversements des routines sont fréquents, et il faut réapprendre la promiscuité et les contraintes du vivre-ensemble.
Emerson, le 18 novembre, sur ses pensées :
En ce moment je suis pensif, comme une rivière sans fin les pensées coulent dans ma tête, le présent et le passé m’obsèdent. Je me dis souvent  si j’avais réagi autrement dans, le passé est-ce que mon présent aurait été différent ou altéré ?comme par exemple les actes de mon passé qui m’ont amené a GN, si j’aurais agi différemment serait-je  là devant vous en train de lire ?                 
-mais aussi, pendant  la navigation nous avons pris des moments pour nous. Il y en avait qui lisaient, jouaient à des jeux et aussi qui se mettaient à faire du travail scolaire. A tour de rôle, les adultes ont fait les bilans ASE et tous les jeunes ont réécrit de nouveaux contrats.  Chaque jeune nous a aussi présenté des exposés différents sur le Brésil.  En plus de ça, des cours de portugais-brésilien étaient organisés tous les jours pendant le goûter. Il y a aussi eu des cours de nœuds, des cours de navigation et des révisions du nom des choses sur le bateau car pour beaucoup, ce n’était pas encore très bien assimilé. En tout cas, c’était très enrichissant et nous avons beaucoup appris !
-Il faudrait qu’on raconte la traîne aussi.
-Effectivement. Pour prendre une douche avant, on se mettait sur l’arrière et on se servait d’un seau pour se mouiller. Cette fois-ci, quand les conditions le permettaient (vitesse faible et houle modérée) nous avons pu nous essayer la baignade à la traîne. Un cordage dans lequel on a noué une boucle est accroché à l’arrière, et une fois bien accrochés on se laisse glisser dans l’eau et trainer par le bateau.
-Rires et sensations garantis ! Et puis, c’est plus rapide pour se mouiller les cheveux et se rincer…
-Quand même, quand on regarde tout le chemin qu’on a fait sur la carte… impressionnant !
-Oui, quand on y pense, on a traversé beaucoup de choses : de l’Afrique à l’Amérique, de l’hémisphère Nord à l’hémisphère Sud…
- Cette traversée nous aura effectivement porté par delà la grande ligne : l’Equateur ! Pour ne pas offenser les dieux de la mer, nous avons du nous soumettre à l’antique coutume du baptême des néophytes, seul garant de notre bon retour ! Les trois vétérans de la ligne, déjà baptisés depuis longtemps (Christophe, Jacques et Xan), ont endossés les rôles de Neptune, Amphitrite et de l’avocat/procureur/bourreau qui nous ont jugés au nom des mers et nous ont soumis aux épreuves du rite traditionnel.  Ensuite, une mèche de cheveux offerte à l’océan, porteuse d’un vœu pour chacun, ainsi qu’un verre d’eau de mer en signe d’allégeance  ont scellé notre entrée dans le monde des marins au long cours.
Samedi 19 novembre. Texte Christophe. Notre capitaine avait préparé ce baptême marin, qui concernait presque tout l’équipage, puisque nous n’étions que trois à avoir franchi cette limite légendaire en voilier. Le temps s’étant nettement calmé, c’est en vue de l’île de Fernando que nous avons pu procéder au rituel indispensable, Xan avait prévu des rôles, des costumes et accessoires ainsi que des dialogues écrits. Il s’était investi dans le rôle de procureur-avocat, Jacques jouait la déesse de la mer, Amphitrite, et tout en barrant le bateau, je jouais le rôle de Neptune, roi des océans…(voir texte de Xan). L’équipage s’est prêté de plus ou moins bonne grâce au rite jusqu’à l’absorption d’un peu d’eau de mer que nos marins « d’eau douce » eurent bien du mal, pour la plupart, à surmonter, preuve s’il en est que pour l’instant l’eau salée est loin d’être leur élément. Par la suite, certains s’étant révélés particulièrement pingres dans leur don aux dieux et déesse des Mers, j’espère qu’il leur sera permis de rentrer sain et sauf à bon port, bien sûr nous y veillerons.
-Mais ça c’était déjà presque la fin !
-Effectivement, l’ile de Fernando était déjà en vue alors, et l’arrivée en passant par un goulet étroit entre deux îlots à suivi immédiatement. A peine le temps de se rendre compte qu’on traversait la mer et déjà un (le ?) nouveau monde s’offre à nous, regorgeant de trésors qu’il nous faudra aller chercher nous même !

Xan et Léa.

19 novembre 2016

Arrives a fernando

Presque arrivés de l'autre coté !!

Position le 18/11
0'34 sud (passé l'équateur) 30'21 ouest.
Arrivée à Fernando prévue dans la nuit du 19 au 20 nov.

16 novembre 2016


Position le 16/11

3'42 N 28'35 W
Pluie, pas de vent, au moteur, il reste 500 milles avant Fernando de Noronha.

position le 14/11

7'35N 28'03W pluie et temps gris

15 novembre 2016

La position du bateau samedi 12/11

12N 26W
en route pour l ile de fernando de noronha, au large du bresil. Les conditions meteo sont ideales.