Année 2012-2013

www.flickr.com
associationgrandeurnature photos Plus de photos de associationgrandeurnature

31 juillet 2010

Cette fois-ci c'est vraiment fini!



L'Expédition 2009/2010 a pris fin aujourd'hui. A Balaruc-les Bains, chez l'Architecte du bateau, à l'endroit même où le bateau a été construit. Les jeunes ont retrouvé leur famille.
Dès lundi le bateau sera sorti de l'eau sur le chantier à Sète... Quant à un futur départ, s'il a lieu, ce ne sera pas avant 2011...
A suivre!
Christophe

16 juillet 2010

Le 16 juillet


Voilà, la boucle est bouclée, le bateau rentre aujourd'hui en Méditerranée.
Ils sont dans le détroit de Gibraltar! Et dans deux semaines à Sète!
P.S.: Plein de nouvelles photos sur:http://www.flickr.com/photos/grandeurnature/

7 juillet 2010

Nouvelles des Açores


Grandeur Nature
7, rue de l’océan
00000 Atlantique

aux adhérents et adhérentes
de l’association

Horta le 5 juillet 2010

Bonjour tout le monde,
Actuellement, nous sommes dans les derniers préparatifs avant de reprendre la mer demain, et pour tout vous dire nous avions complètement oublié de désigner quelqu’un pour vous écrire. Heureusement, Kélig, la plus expérimentée d’entre nous, vient de se souvenir de notre oubli. On aura beau dire ce que l’on veut, l’expérience ça a toujours du bon. Du coup, avec Aurel nous nous sommes proposés pour vous raconter ces deux dernières semaines. Aurel ? Eh bien oui comme cela a déjà pu se produire, nous avons accueilli une personne supplémentaire à bord pour terminer le voyage avec nous. Il s’agit d’Aurel qui a participé au séjour il y a deux ans. Il connait donc très bien le bateau et l’organisation à bord, même s’il lui arrive de pointer certaines différences de fonctionnement par rapport à ce qu’il a déjà vécu. Mais avant de le laisser vous raconter son arrivée et ses premiers jours sur GN, je dois quand même vous parler des quelques jours que nous venons de passer sur l’île de Flores.
Flores est considéré comme l’une des îles les plus jolies de l’Archipel des Açores. Nous y sommes arrivées le lundi 21 juin dans la soirée et ne sommes descendus à terre que le lendemain. A notre descente, nous avons été accueillis par Béru. C’est un Français qui est venu s’installer sur l’île avec son épouse il y a un peu plus de deux ans et avec qui certains d’entre nous ont partagé quelques moments, notamment pour regarder nos premiers matchs de la coupe du monde.
Dès le 23, pas de temps à perdre, nous partons déjà en rando. Nous avons un impératif puisque nous devons être sur l’île de Faïal le 28 juin, afin que Bonnie prenne l’avion et qu’elle puisse se rendre à une semaine de pré-rentrée dans une école près de Deauville (c’est une condition indispensable afin qu’elle soit acceptée à la rentrée en septembre). Marion, Manu et Ismaël partent donc deux jours dans le centre de l’île, pendant que de leur côté le groupe composé de Kélig, Paul et Bonnie explore le nord-ouest et celui que nous formons avec Juliette le sud-ouest. Même si la pluie est parfois venue contrarier nos projets, nous avons quand même tous pu admirer une partie des magnifiques paysages que l’on peut trouver sur cette île : lacs, cascades, végétation explorant toute la gamme des verts et contrastant avec le noir de la roche volcanique, sans oublier les nombreux troupeaux de vaches ou de moutons… Après une traversée ça fait du bien, surtout que l’île est très paisible. Pendant ce temps, Will est resté au bateau pour surveiller le mouillage et faire quelques réparations au niveau des cales à eau.
Le 25, nous sommes repartis avec Juliette et Ismaël pour une petite balade, Manu et Marion ont bossé sur le journal et les autres sont rentrés de leur rando. Le lendemain, nous sommes partis dans l’après-midi en direction du port d’Horta sur l’île de Faïal, considéré comme le lieu de passage obligatoire après une traversée de l’Atlantique. Nous arrivons le 27 après un quart de nuit et aurons la chance de prendre une douche chaude le 28, le jour du départ pour Bonnie et de l’arrivée d’Aurel.
Je passe maintenant la main à ce dernier, pour la suite de notre séjour aux Açores. Régis






















Salut tout le monde, moi c’est Aurel, ancien participant de l’expédition Grandeur Nature 2007-2008, je suis arrivé sur le bateau il y a une semaine pour finir le voyage avec le groupe. Je prends donc la plume de Régis pour vous raconter la suite des aventures Açoriennes. J’ai atterri à l’aéroport de Horta le 28 juillet et en milieu d’après midi l’équipage m’a accueilli à bord. Et quel accueil ! J’ai même eu droit à une bise de Paul, c’est dire… Le lendemain de mon arrivée nous quittons tous le bateau pour une longue journée de vélo, à l’exception de Will qui passera la journée à bord pour quelques travaux. Notre objectif, le musée du volcan, de l’autre côté de l’île, à 25 km de la marina. Nous louons donc des vélos dans Horta et c’est parti, on pédale, ça monte, ça descend, beaucoup ont l’air content de faire un tel effort après une longue traversée. Nous roulons donc jusqu’à l’extrémité ouest de Faial, le long d’une côte extrêmement vallonnée mais vraiment magnifique. Après deux heures et demie de route nous arrivons finalement à ce bout d’île, créé par plusieurs éruptions volcanique, où nous visitons un musée complètement inesthétique mais plutôt intéressant. C’est sur le chemin de retour que se produit l’événement de la journée avec la crevaison de la roue d’Ismaël. On est encore à 20 km du bateau et on n'a rien pour réparer, dommage… Mais je laisse celui qui était de texte ce jour-là vous raconter la résolution de l’aventure. Après cette belle journée et une fois la dispute Paul Manu passée, c’est le départ des randonnées: Kélig, Paul, Juliette et Marion partent à l’assaut du Pico, plus haut somment du Portugal, Will et Ismaël se rendent sur l’île de Sao Jorge tandis que Manu, Régis et moi allons randonner sur Pico. Notre rando est ponctuée par de longs déplacements en stop, de petites balades sur des chemins de randonnée, des pauses dans différent cafés de l’île pour regarder les quarts de finale de la coupe du monde et par des campement plus ou moins humides selon les conditions météo. A notre retour au bateau trois jours plus tard on retrouve les autres groupes et on se raconte nos aventures, ce que nous avons vu, ce qui nous a plu ou déplu… Le groupe de Paul Kélig Marion et Juliette a beaucoup aimé l’ascension du Pico, c’était même vraiment facile nous disent Kélig et Marion alors qu’elles ressentent encore la douleur de leurs courbatures trois jours plus tard. Ismaël et Will semblent aussi avoir beaucoup apprécié leur randonnée sur Sao Jorge, ils sont arrivés cette nuit, les sacs remplis de beaux branchages et de belles plantes qui témoignent des sentiments que leur ont procurés les paysages rencontrés. Entre temps, nous avons aussi commencé une peinture sur le quai de la marina, comme Grandeur Nature le fait à chaque passage ici. On ne sait depuis combien de temps cette tradition existe, mais depuis certainement plusieurs décennies les bateaux de passage à Horta font une peinture représentative ou non de leur voyage sur les dalles de la marina. Le sol et les murs en sont aujourd’hui entièrement recouverts et aujourd’hui les peintures se font par-dessus d’anciennes, effacées par le temps. Au moment où j’écris cette lettre Marion et Manu sont encore en train de travailler sur notre peinture, il est temps qu’elle s’achève puisque nous quittons Failal demain. Paul et Will finissent de réparer le chariot de grand voile, Kélig et Ismaël sont partis faire les courses pour notre prochaine navigation, les derniers préparatifs touchent à leur fin, seul la météo ne semble pas être au rendez vous… Mais, tout ne se passe pas comme prévu, puisque Bonnie, qui devait être de retour hier, n’a pas repris l’avion et ne finira pas le voyage avec nous. Aurel