Année 2012-2013

www.flickr.com
associationgrandeurnature photos Plus de photos de associationgrandeurnature

14 juin 2013

la lettre de la traversée retour.


Lettre  collective  du  23/05/13  au  10/06/13  -  "Traversée  de  l’Atlantique"  
par Charles et Régis







Bonjour, les zamis,
La dernière fois que nous vous avons donné des nouvelles, nous étions à Nassau, la capitale des Bahamas, afin de préparer la traversée. Et pour que celle-ci se passe dans les meilleures conditions possibles ; une dernière escale s’imposait à nous. Le choix s’est alors tourné vers Rose Island ; une dernière petite île aux eaux turquoise. Le but : frotter la coque pour avancer plus vite et pouvoir faire une ultime plongée. Cette dernière fut d’ailleurs encore une fois à la hauteur de nos espérances, et nous a permis de faire le plein d’image de coraux et de poissons colorés avant de partir. Le lendemain, départ au petit matin après les tâches. Tout le monde est content de partir en transat. Enfin disons que tout le monde est content de prendre le chemin du retour, car certains craignent tout de même d’être un peu malade. Les conditions sont d’ailleurs un peu rudes pour commencer, puisque nous naviguons au près et que cela bouge à l’intérieur des coques et des estomacs de certains. Cela fait aussi longtemps que nous n’avons pas fait de quart et au tout début du premier, Evolène, Régis, Marion, Kélig et Thierry auront l’agréable surprise de voir une fusée dans le ciel, qui venait probablement de décoller de Cap Canaveral en Floride. C’est aussi durant cette même nuit, que la décision de se dérouter est prise. Les dents de Théo et de Kélig les font souffrir et il est nécessaire pour eux d’aller consulter un dentiste. Nous nous arrêtons donc le lendemain à Great Abaco où ils pourront se faire soigner. Théo repartira donc avec une dent réparée et Kélig avec une dent en moins.
Le deuxième départ sera le bon avec cette fois-ci une allure plus plaisante. En début de navigation, certains se penchent sur des calculs poussés pour l’estimation de la date et l’heure d’arrivée, pendant que d’autres se contentent de le faire au pifomètre. Il nous faut aussi parier sur le nombre de poissons pêchés à la traîne.
Le 28 et 29 mai, nous prendrons le temps de voir chacun des jeunes en contrat afin de faire le bilan des derniers et de prévoir des objectifs pour la traversée. Et devinez quoi?  Une première cette année, puisque le taux de réussite est de 100%. Autrement dit, tout le monde a rempli son précédent contrat. Question envie pour la traversée, c’est parfois autre chose, la préoccupation est souvent au retour et il est nécessaire de redire à chacun qu’il est important d’en profiter jusqu’au bout, que le voyage n’est pas terminé, qu’il reste une très belle escale aux Açores et que nous aurons tout le temps nécessaire de parler du retour lors de notre dernière navigation.
Les conditions de navigations s’améliorent, notamment grâce aux messages de Christophe et aux choix stratégiques de notre capitaine, qui nous permettent de trouver les bons vents et cela le plus longtemps possible. Nous aurons aussi régulièrement droit à de petites visites de dauphins voir de baleines. À croire qu’elles ne nous lâchent plus.
Ce sera aussi le moment pour redistribuer les nouvelles responsabilités. Théo est donc désormais notre nouveau responsable annexe et sécurité. Nina est passée à la gestion de l’eau douce et de l’électricité. Charles gère maintenant l’intendance des fruits et des légumes. Simon, aidé de Marion, est de retour au journal. Kevin doit maintenant se retrousser les manches pour le moteur. Evolène est responsable du tri des photos et à la préparation des trousses de secours pour les randos. Et enfin Mike est passé au matelotage.
Le 29 mai 2013 est aussi une date importante pour Nina. Car oui, ça y est, Nina peut rester une journée complète en cuisine, en navigation. Une victoire après plus de 9800 milles marin contre le mal de mer, comme quoi tout est possible.
Le 30 mai, nous fêtons enfin les non anniversaires de Kévin et de Charles. Un non-anniversaire est une anniversaire surprise pour une personne dont la date d’anniversaire ne tombe pas sur le voyage. Nos deux cocos seront d’ailleurs très gâtés par tout le monde, puisque chacun a pris le temps de fabriquer un petit cadeau. Le vent n’étant pour une fois pas au rendez-vous, nous décidons même d’affaler la voile avant afin de profiter de notre seule baignade au milieu de l’Atlantique.
Le 31 mai, nous perdrons une première heure, ce que nous reproduirons à deux autres reprises durant la traversée et une dernière fois le jour de notre arrivée à Flores. La journée sera d’autant plus rapide que ce même jour, Nina et Marion nous auront aussi concocté un petit jeu afin de tester notre culture générale.
Après quelques jours avec des vents au portant qui nous assuraient une navigation pépère, une dépression change quelque peu la donne. Le vent passe au travers et forcit progressivement, ce qui nous contraint à prendre des ris (réduction de la voile). Nous entrerons donc dans un nouveau jeu, celui des surfs et des records de vitesse. Plus besoin de chercher quelqu’un pour barrer comme c’est parfois le cas depuis notre départ des Bahamas. Il faut désormais chasser le barreur de sa place au bout d’une heure afin que chacun puisse s’amuser. Attention, lorsqu’on s’inscrit sur la liste, il est  important de rester sur le pont. Car si on décide de rentrer dans la coque pour s’y abriter des quelques embruns qui viennent nous mouiller, cela équivaut à passer notre tour. Evolène commencera donc avec un surf à 16,5 noeuds avant de se faire détrôner durant la nuit par un surf de Kévin à 17,3 noeuds, dont on aurait dit qu’il se prenait pour Franck Camas. Ne pouvant laisser un jeune de 11 ans détenir le record de vitesse de la traversée retour, Thierry, notre bien nommé capitaine, s’emparera dès le lendemain du record de vitesse et le fera passer à 17,4 noeuds. Mais l’équipe des jeunes en avait décidé autrement, et il ne fallut que 10 minutes de barre à Théo pour prendre non seulement le record de la traversée avec un surf à 18,6 noeuds, mais aussi celui du voyage dans son ensemble détenu jusqu’alors par kélig (18,2).
Cette traversée sera aussi rythmée par du travail de tête (maths, français, histoire - géographie...) le matin ainsi que par plusieurs lectures collectives qui se déroulent après le déjeuner lorsque nous sommes en pleine digestion.
Côté repas d’ailleurs, les pâtes sont encore une fois la révélation culinaire de cette navigation. Pâtes sauce fromage, pâtes sauce tomate, pâtes béchamel à la farine complète et au lait d’avoine, rien ne nous fait peur tant qu’il s’agit de pâtes. Et pour ce qui est du frais, notre nouvel intendant déjà réputé pour son intransigeance, nous a quand permis d’arriver avec 4 oeufs, 7 oignons, un choux et 8 pommes, ce qui signifie que nous n’avons pas tourné qu’avec des boîtes de conserve sur la fin.
Enfin signe de notre retour en Europe, l’eau s’est rafraîchie tout au long de notre traversée et il nous est désormais moins agréable de nous doucher. Les baignades n’étant plus qu’un lointain souvenir, quoique que nous comptons sur la Méditerranée pour les reprendre.
Que le pronostic le plus proche était celui de Simon. Que nous n’avons pêché qu’un seul poisson (un thon) mais qu’il était gros et surtout très bon. Que tout le monde avait misé sur une pêche plus fructueuse.
Nous allions presque oublier de vous dire que nous étions bien arrivés sur l’île de Flores aux Açores dans la nuit du 9 au 10 juin à 5h52 heure locale, après avoir parcouru 2592,4 Milles marins à une vitesse moyenne de 7,34 noeuds, ce qui serait apparemment un record de traversée pour Grandeur Nature (si Chistophe le valide).
Que nous sommes sur l’île et donc la terre la plus à l’ouest de l’Union Européenne. Et que nous avons déjà commencé à en profiter.
À bientôt !
Charles et Régis


10 juin 2013

Atlantique traversé ! Record battu!

Et voilà, ils sont arrivés ce matin à Florès, à 6 heures, après 2592 milles depuis Great Abaco (Bahamas), 14 jours et 17 heures soit une moyenne de 7, 3 noeuds! 
Ils ont battu la traversée la plus rapide de GN de 2 jours! 

Quelques photos de Florès qui date de 2010...


9 juin 2013

Le 09/06, presque arrivés!

Le bateau est presque arrivé à Florès. Ils sont par 39°41 N 34°11 W, ils avancent toujours à 10 noeuds, ils ne sont plus qu'à 140 MN de l'arrivée, avec du bon vent, mais aussi de la pluie!
Ils ont pêché un thon de 12 Kg!


6 juin 2013

Position du bateau le 06/06

Le bateau se trouve par 39°56 Nord et 44°59 Ouest. 
Ils avancent à 10 noeuds plein Est et ne sont plus qu'à 641 milles des Açores. Ils ont fait 233 MN en 24 heures et des surfs à 18 noeuds, sous le soleil !

3 juin 2013

Position de Grandeur Nature le 03/06


La position du bateau aujourd'hui: 38°54 N 59°05 W, ils avancent à 6 noeuds, cap 76 °,  avec un vent faible (10 noeuds) de SW. Ils sont à 1300 MN de Florès, l'île la plus à l'W des Açores.

La météo de demain le 4 juin .