Année 2012-2013

www.flickr.com
associationgrandeurnature photos Plus de photos de associationgrandeurnature

21 décembre 2012

La lettre du Cap-Vert au Brésil- Le 20 Décembre 2012 à Fernando da Noronha

Bonjour à tous, L’équipage va bien. Voici quelques extraits de nos dernières aventures, pour vous qui nous suivez de loin, dans le froid de l’hiver.Pour vous donner une idée de l’ambiance, Mike est allongé sur le ponton short de bain pendant que Ludo prend des notes à l’ombre du mâ. Nina dort, toujours en proie au mal de mer, Charles est à la barre, Thierry est à la cuisine, tandis que les autres s’occupent à lire ou écrire. Nous avons bien profité de cette escale au Cap-Vert un peu plus longue que prévu, pour notre plus grand plaisir. Pour des raisons de billet d’avion, Yann est resté avec nous une semaine de plus. Cela nous a permis d’aller randonner sur l’île de Fogo. Nous nous sommes encore une fois régalés ! Yann est parti trois jours avec Mike et Charles pour une ascension rendue difficile à cause de la chaleur. Mais récompensés par un viragespectaculaire, lorsque la route débouche dans le paysage volcanique dela Caldeira, ils se sont amusés à marcher dans un décor carrément lunaire ! Nina, Evolène et Simon, guidés par Ludo ont visité les plantations de café et ont été hébergés par un capverdien trop sympa,ils ont eu le temps de grimper en haut du volcan car ils sont partisquatre jours. Enfin, Kélig a fait une petite excursion au pied duvolcan avec Théo et Kévin, qui voulait ramasser plein de cailloux. Pendant ce temps, notre capitaine faisait le check-up du bateau pour préparer la traversée de l’Atlantique (la Transat’). Puis ce fut l’heure de rejoindre Praïa, la capitale, pour la première relève d’équipage.Christophe est arrivé le 10 au matin, chargé d’une valise avec tous vos courriers et colis. Merci d’avoir pensé à nous, ce fut un chouette moment pour l’équipage. Mike ne sait plus où ranger ses lettres tellement il en a reçues ! La journée fut ainsi consacrée aux courses. Il fallait refaire un gros ravitaillement pour le Brésil. C’était l’occasion de faire un petit tour rapide en ville et de découvrir le marché avec tous ses beaux fruits exotiques. Mardi 11, derniers mails, dernier repas tous ensemble, Yann trouvait refuge sur un bateau de pêche accueilli par son équipage sympathique. Heure des au revoir, heure du départ. 15H, c’était parti pour la Transat’ ! Entre les grains et la pêche, nous avons pulvérisé notre record sur24H, 199,8 Milles, soit une moyenne de 8,3 nœuds. La zone deconvergence intertropicale (ZIC) a été passée rapidement, mais sous la pluie ! De quoi rincer la peau, le bateau et remplir des seaux ! Christophe propose un concours de pronostics sur le jour et l’heure d’arrivée à Fernando de Noronha, avec un cadeau surprise à la clé ! Chacun y va de son petit calcul et (presque) tout le monde s’accorde à dire qu’on arrivera le 19 décembre. Verdict dans moins de 300 milles ! 17 décembre, 12H15, latitude 0°. Nous venons de traverser la lignetrès symbolique de l’équateur. Nous voilà dans l’hémisphère Sud. C’estune première pour tout le monde, sauf pour Christophe et Kélig. Unpetit rituel s’impose : chacun se coupe une mèche de cheveux que l’onjette à la mer en même temps que le capitaine invoque Iemanja, ladéesse brésilienne de la mer, pour la remercier de prendre soin denous. Pour finir, Thierry nous verse un verre d’eau de mer sur la têteet nous voilà baptisés !Dans l’hémisphère Sud, les Alizés soufflent de Sud-Est mais là, levent est carrément au Sud…nous finissons la traversée au près ( levent dans le nez) et à bord, personne n’aime ça ! Heureusement, le 19 décembre à trois heures du matin, nous jetons l’ancre à Fernando deNoronha, au BRESIL!!!Nous avons mis 7 jours ½ pour traverser, à 7 nœuds de moyenne ; lerecord de GN est battu ! La dernière expédition avait mis 9 jours. Hormis Mike qui était de quart, aucun jeune ne se réveille pour lamanœuvre…ils ont raté le banc de dauphins venus pour nous accueillir. Nous découvrons la baie au petit matin, il y a de la houle, des frégates, plein de bateaux de plongée et un énorme rocher qui surplombe l’île, on dirait la tête d’un chef indien. Pendant le petit-déjeuner, nous apercevons des tortues et surtout des dizaines et des dizaines de dauphins « rotador ». Ils sautent, font des pirouettes, des loopings et des grands SPLASH ! C’est magnifique ! Ils finissent par passer près de nous et sous le bateau pour regagner le large ! La journée commence très bien. Le séchage des affaires,l’aération et le nettoyage du bateau se font dans la bonne humeur. Pendant ce temps, Christophe et Thierry partent à terre pour s’occuperdes papiers. Il faut surtout négocier le prix de notre séjour car «normalement » la taxe est très chère. C’est un Parc Naturel. Et «normalement », GN bénéficie d’un traitement spécial favorisé par le projet et les valeurs que l’on véhicule. Nous pourrons donc vous dire bientôt si on a pu rester ici deux semaines pour nager avec les dauphins, les requins, apprendre comment fonctionne le parc avec les gardes, peut être voir pondre les tortues, apprendre à surfer… la suite au prochain épisode !!! A TRES BIENTOT LUDO ( et Mike…)

18 décembre 2012

message en direct de Grandeur Nature!

Plus que 87 milles nautiques avant l'arrivée de l'équipage à Fernando. Le beau temps est de retour, donc les baignades aussi! Le bateau arrivera donc demain sur l'île brésilienne...

15 décembre 2012

2éme message du bateau en traversée

Dernière position du bateau : lattitude 4°23 N, longitude 27°39 W, soit à plus de la moitié de la traversée! Le bateau traverse en ce moment la ZIC (zone intertropicale de convergence)ce qui veut dire que le ciré est de rigueur! La pluie et les grains sont de la partie! Mais l'équipage se porte bien, tout le monde est en forme! Il reste 138 milles nautiques à parcourir avant d'arriver à Fernando!

13 décembre 2012

Message de Christophe du téléphone satellite en traversée

Voilà deux jours que notre équipage a pris la mer pour traverser jusqu'à Fernando de Noronha, île brésilienne au large de Natal. Tout va bien, les conditions météo sont favorables, pas de grain, le soleil brille, il fait 35°C et l'eau est bonne! Bref, de bonne conditions! Le vent semble être avec Grandeur Nature puisqu'il avance à 7/8 noeuds de moyenne. Leur position : 9°16'N et 26°02W, ils ont donc parcouru un bon quart de la distance.

6 décembre 2012

La lettre de Kélig et Théo. Des Canaries au Cap-Vert

Voilà bien longtemps que nous n’avons pas écrit… Et pour cause, nos journées défilent… Depuis les Canaries, le temps s’est comme accéléré ! Sûrement parce que dans les têtes de chacun, ça grandit, ça mûrit, ça réfléchit, ça avance et du coup, nous ne voyons pas le temps passer !! Alors, nous en étions resté je crois au départ des Canaries. Nous avons fait un petit mouillage de deux jours à la Goméra pour finir d’écrire les textes, les lettres à envoyer pour vous, les mails, les lessives des randos à Ténérife… C’est aussi là que Nina, fière et heureuse d’avoir découvert la randonnée, a voulu emprunter les mêmes chemins que les chèvres locales. Sauf que ces belles chaussures ne sont pas aussi efficaces que les sabots de ces braves bêtes et que notre Nina a glissé et s’est retrouvée à flanc de falaise, accrochée à un caillou (heureusement !). Peur bleue pour elle et tout l’équipage ! Notre « team secouriste », escaladeur s’est mise en action (Thierry, Ludo et Yann) et en un tour de main (et de cordes) plus quelque chose comme 4 heures quand même, notre Nina s’est vu hisser par ces 6 bras et donc sauvée… Ouf !!! Tout le monde a eu très peur, Nina la première. Une aventure que personne ne veut revivre et qui servira de leçon à tous (on espère !). Donc le 13 novembre, nous sommes prêts à accoster dans la marina de San Sebastian de la Goméra pour réaliser notre plan d’action : courses, gaz, gasoil, poste, internet, coup de fil à Christophe ! Les équipes sont prêtes… Top départ, c’est parti ! Quelques lettres nous attendent au bureau de la marina (pour Simon, Evolène, Kévin, Charles, Kélig et Thierry). Nous demanderons au capitaine du port de réexpédier les prochaines à Sète. Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps. Le Cap-Vert nous appelle. Après tout cela, nous repartons au mouillage pour y passer une bonne nuit avant de reprendre les quarts de nuit. Et le lendemain matin, nous levons l’ancre en fin de matinée. Nous regardons tous la carte marine. Il y a à peu près 800 milles nautiques à parcourir. La question fatale est toujours là : « C’est quand qu’on arrive ??? ». Et la réponse est toujours la même : « ça dépend du vent !! ».
Pour cette navigation, et on en est bien content, les éléments sont avec nous. Ça fait du bien, après tout ce vent dans le nez qu’on a eu depuis le début. Le vent est au portant, c’est-à-dire dans les fesses et nous avons un temps splendide. Nous avons eu l’occasion, dès le premier jour, de doubler de très près un vieux gréement, c’est-à-dire un vieux bateau en bois avec deux mâts. Rencontre de deux mondes, de deux navigation différentes. Grandeur Nature, catamaran futuriste comme on nous le dit souvent, qui file avec le vent et ce beau bateau hollandais, presque comme les pirates, avec toutes ces voiles carrées, triangulaires, qui avance tant bien que mal avec tout son poids. Comme à chaque fois, nous rencontrons des dauphins presque tous les jours, nous croisons la route de quelques tortues et dans le genre beaucoup plus rapide, nous nous faisons rattraper par un beau bateau du « Vendée Globe » (un Espagnol avec le sponsor Acciona je crois). Dommage, il fera un empannage qui le déviera de notre route. Nous n’aurons pas l’honneur de nous faire doubler !! Encore un autre monde dans le navire à voiles… Pendant cette navigation, et c’est une première cette année, nous avons pêché une dorade coryphène. Tout le monde a adoré ce poisson, même Charles qui ne mange pas de poisson d’habitude ! Nous en avons pêché d’autres, mais elles étaient, soit trop petites, on les a relâchées, soit elles ont réussi à se faufiler et repartir à l’eau !! Les conditions agréables ont été aussi bien propices au travail des neurones le matin : journaux de bord, dictée, problèmes de math et ateliers d’écriture qui ont révélé de belles graines de poètes (Simon, Yann, Nina, Thierry, Ludo et Evolène). Les 800 milles de la traversée seront vite avalés par Grandeur Nature et son équipage. Le 20 novembre, nous apercevons le Cap-Vert et mouillons au petit matin, dans la baie de Mindelo sur l’île de Sao Vicente. Notre capitaine doit faire les papiers pour que nous soyons en règle avec les autorités du pays et nous préparons déjà nos prochaines randos. L’ambiance à bord n’est plus pareille. L’arrivée quelque part bouscule souvent les esprits. Le rythme est changé, nous ne sommes plus tout seul, il faut s’adapter aux aléas du voyage. Les pêcheurs nous disent de ne pas trop nous baigner car il y a des requins dans la baie, quand est-ce qu’on part, avec qui, comment, est-ce que j’ai des mails ???... Il faut dire que lorsque nous arrivons à terre, les grands sont aussi un peu plus speed, le programme s’enchaîne, s’accélère et dans un groupe les humeurs s’entremêlent… Nous ferons nos randos sur l’île de Santo Antao, située juste en face. Il y a beaucoup de sentiers et le paysage semble vraiment magnifique. C’est difficile de s’y rendre avec Grandeur Nature, les mouillages ne sont pas très sûrs, donc nous emprunterons le ferry qui fait la liaison deux fois par jour en une heure. Le 22 novembre, un premier groupe part en rando : Simon, Mike, Kélig, Kévin et Thierry. Ces deux derniers rentreront au bout de deux jours (le 24) pour relayer Ludo, Charles et Théo restés au bateau pour le surveiller. Le 23, ce sera Yann, Nina et Evolène qui parcourront l’île du Sud au Nord et par l’Est. De véritables marcheurs ces trois-là ! Tout le monde s’est régalé. Les montagnes escarpées, les cultures en terrasse. Nous sommes arrivés « ailleurs » ! Impression d’être vraiment loin de la France, par le paysage, les cultures, mais aussi les gens. Les femmes qui portent les charges sur leur tête, les maisons au toit de feuilles, le café fraîchement pilé, la cuisine au feu de bois. Plein de premières fois… Découverte des bananiers, de la canne à sucre, des pieds de café, des cocotiers, des patates douces, des ignames… Des rencontres avec des gens qui n’ont pas grand-chose et qui pourtant vous invite à partager leur repas, à dormir sous leur toit… C’est toujours trop court, mais ça fait du bien, ça fait cogiter, ça fait avancer… Le 28, nous arrivons à Santa Luzia, une île déserte pas très loin, fréquentée seulement par quelques pêcheurs. C’est cette île que nous avons choisi pour nous retrouver et faire le bilan de ces deux mois passés à bord. C’est aussi là que nous fêtons les 34 ans de Yann. On lui fête son anniversaire, les jeunes lui ont tous fabriqué un cadeau, mais nous célébrons aussi les deux mois qu’il a passé à bord avec nous, car bientôt il nous quitte… Les grands passeront une journée et demie à s’entretenir avec chacun des jeunes individuellement et le lendemain matin, nous nous réunirons, tout l’équipage, dans la coque tribord pour discuter ensemble de nos relations à bord. C’est là que l’on voit que nous avons un équipage bienveillant. Les relations sont parfois peu approfondies à tendance pas terrible pour certains, mais chacun veut améliorer, se le dit droit dans les yeux. Nous avons passé 3 heures à discuter et sincèrement, ça fait du bien. Kévin grandit et s’affine physiquement, mais il grandit aussi très vite dans sa tête, il commence à nous surprendre. Simon prend conscience qu’il vit encore souvent à côté des autres, pas assez avec le groupe. Nina veut être heureuse et accepte de s’appuyer sur nous pour l’être. Evolène voit qu’elle est encore beaucoup accrochée à ce qu’elle a quitté. Mike exprime qu’il doit faire des efforts dans ses relations avec les autres, qu’il n’est pas tout seul. Charles sait qu’il pourrait être plus souvent moteur du groupe, mais il est souvent rattrapé par son envie d’être solo et surtout qu’on ne vienne pas l’embêter. Théo s’ouvre de plus en plus, ses habitudes sont complètement bousculées, il s’y fait tranquillement en essayant de contrôler de plus en plus sa nervosité. Tout cela fut bien intense et nous avons bien mérité un cours de bodysurf organisé par notre capitaine. On a tous joué dans les grosses vagues qui nous ont bien lavées le corps et l’esprit ! Après cette belle escale, nous avons mis le cap sur Fogo. Une île où il y a un volcan à 1000m d’altitude qui a craché sa lave pour la dernière fois en 1995. Trois groupes sont aussi partis en rando pendant que Thierry, Kévin, Théo et Kélig restent au bateau. Samedi, nous quitterons Fogo pour nous rendre à Praïa, sur l’île de Santiago. Nous y rejoindrons Christophe, tout fraîchement débarqué de France avec votre courrier dans son sac. Yann nous quittera définitivement (snif), nous ferons quelques courses pour mettre le cap ensuite sur Fernando de Noronha… Brasil, nous voilà !!! Théo et Kélig

30 novembre 2012

Santa Luzia puis Fogo

Le bateau est en ce moment à Santa Luzia, une superbe île déserte où ils ont prévu de passer plusieurs jours avant de rejoindre l'île de Fogo plus au sud.

20 novembre 2012

Le bateau est arrivé au Cap-Vert.

Ce matin, le bateau est arrivé à Sao Vicente (l'île de césaria Evora) plus précisément au port de Mindelo, ils vont y faire leur entrée douanière avant de repartir vers des îles plus belle pour se promener!

19 novembre 2012

Carte de la navigation vers le Cap-Vert

Reçu un SMS via le téléphone satellite, samedi 17/11 le bateau était par 23°02N et 20°29W. Ils avaient un vent de NE à 10 noeuds (donc plutôt calme). Il faisait beau et ils avaient pêché une dorade coryphène.

14 novembre 2012

Le bateau est parti vers le Cap-Vert!

Et voilà ils sont partis de l'île de la Goméra (Canaries) en direction de l'île de Sao Vicente (Capvert) pas beaucoup de vent annoncé pour les prochaines 48 heures, puis les Alizés devraient prendre le relais et les pousser sur les 830 milles nautiques à parcourir (1371 km, en gros une semaine de mer)! Bon vent à eux!

11 novembre 2012

Théo et Charles. D'Adra aux îles Canaries

Nos dernières aventures s’arrêtaient à Adra…
Le 22 octobre, départ de Adra au moteur… C’est fou à quel point la mer peut vite changer, avant-hier 35 nœuds, des vagues venant s’écraser sur le pont et maintenant la mer d’huile. Nous sommes tous très pressés de passer le détroit de Gibraltar pour pouvoir naviguer dans cette grosse baignoire qu’est l’océan Atlantique. Mais le vent ne nous est pas favorable, nous sommes encore et toujours au moteur. Celui-ci a soif mais 180 litres de gazoil ont suffi à l’étancher. Une pause s’impose à Benalmadena pour un remplissage de réservoir ! La navigation, ce n’est pas facile pour tout le monde. Quelques uns ont le mal de mer et ils sortent de temps en temps le seau à la main, mais heureusement d’autres restent sur le pont car c’est là que tout se passe. Il y a de l’air, c’est du spectacle en veux-tu, des belles images en voilà ! Après ces trois jours intenses de navigation, une nouvelle épreuve s’annonce et pas des moindre. Les câbles qui sont reliés à la barre et qui permettent de diriger le bateau ont cédé durant le dernier quart !! Au petit matin, en se réveillant, on voit Thierry à l’arrière, en train de barrer avec la barre manuelle equipé en ciré integrale « facon robocop ». Celui-ci passe la barre à Kélig et en une trentaine de minutes, notre skipper Mac Gyver répare le tout. Encore quelques seaux d’offrande à Poséidon, la journée se passe. Mais heureusement le lendemain la mer s’apaise, le soleil se lève et nous réchauffe la couane. Les zombies sortent de leurs cabines avec 5 ou 6 kilos de moins pour prendre le soleil, une bonne douche et se refont une santé. Cette journée s’annonce merveilleusement bien. Tout le monde a le moral, on profite que l’océan soit calme et qu’il fasse beau pour sécher, nettoyer et aérer le bateau. Se rajoutent à tout cela de nombreux dauphins qui viennent jouer à l’avant du bateau. Ce phénomène se produit au moins une fois par jour quand on est en nav !! Le 30 octobre, nous nous approchons de Graciosa, petite île des Canaries, pour mouiller près d’une plage surplombée d’un volcan endormi que nous irons explorer plus tard. Mais pour le moment l’heure est au rappel des règles de vies et des comportements à modifier. Chose faite, jeunes et adultes se ruent à l’eau direction, la plage. Je vous assure que cela fait du bien de fouler celle-ci après une semaine de navigation. Nous resterons deux jours dans ce joli petit coin complètement exposé au vent pour pouvoir lever l’ancre le lendemain matin en direction de l’île de Ténérife. Cela nous prend deux jours pour parcourir 180 milles soit 333 km car depuis le début du voyage le vent est contre nous. Il ne nous aide pas vraiment, cet élément imprévisible. Quelques membres de l’équipage ont pu observer de prés, de vraiment très prés, 7ou8 dauphins venus nous voir devant et derrière le bateau. Nous avons pu nager et observer pour la première fois des dauphins d’aussi prés. J’insiste sur la distance car cet instant ma fortement marqué, c’était magique !! J’aurais voulu que cela dure plus longtemps mais c’est déjà ça. Vivement que cela se reproduise. Le lendemain matin, le 3 novembre, on se réveille au mouillage de Bahia de Abona à Ténérife. Mais la journée ne commence pas bien car cette nuit, durant les deux premiers quarts, des gâteaux ont disparu et ce n’est pas la première fois.
Mais cette fois-ci c’est trop… et avant que le petit-dèj ne commence on met les choses à plat et on demande à le, la ou les coupables de se dénoncer. Le problème sera donc régler le lendemain durant la journée des entretiens individuels qui a lieu une fois toutes les deux semaines. Mais le bon côté des choses, c’est qu’une randonnée de trois ou quatre jours est organisée. Départ en petits groupes de trois ou quatre personnes lundi matin en fin de matinée. Cela va permettre à chacun de se poser, de marcher, s’aérer la tête avant de réattaquer pour une semaine de navigation direction le Cap-Vert ! Théo et Charles Post-scriptum : les groupes de rando : Théo, Kélig, Nina et Simon sont partis pour l’ascension du Teide (3717,98 m). Bel effort récompensé par la magie du lever de soleil tout en haut ! Charles, Kévin et Yann sont allés marcher dans la forêt, dans l’est de l’île et se sont régalés de beaux paysages, de rencontres, de nature… Ludo, Evolène et Mike ont accompagné Thierry jusque à Santa Cruz avec le bateau et sont ensuite partis à l’aventure eux aussi. La pluie a d’abord eu raison d’eux, mais sans se décourager, ils sont à leur tour partis à l’assaut du Teide !!

7 novembre 2012

Un petit mot du capitaine

Bonjour, à tous,
Alors que l’hiver toque à vos portes, nous continuons notre descente vers le sud ! Pour le moment GN a touché Terre dans l’archipel des Canaries. Après 8 jours de navigation par vents contraires sur un océan qui se gratte un peu, la Graciosa apparaît aux étraves… Nos jeunes matelots nous posent pleins de questions, les yeux se posent sur ces îles aux formes de volcans : rassurez vous, on ne va pas marcher sur de la lave ! Mais on va marcher !! Et ça, c’est bon pour tout le monde. Une bonne nuit, je veux dire sans quart, fera plaisir aussi et permet de recharger les batteries. Un peu de séchage aussi, car l’humidité s’est invitée à bord, voire même jusque dans les duvets… On ne s’attarde pas sur cette petite île, direction Ténériffe. Plus précisément, à Bahia de Abona, il n’y a pas grand-chose à terre. Mais les fonds marins sont pleins de surprises et autres poissons aux belles couleurs. Nous y avons aussi trouvé de la viande pour l’anniversaire de notre Théo, et à midi c’est hamburgers et Pepsi-Cola… Tout arrive sur GN !!! En tout cas, Théo apprécie et le reste de l’équipage aussi… Tout est bien. Le lendemain, commencent les randos en petits groupes. Une certaine excitation gagne notre petit monde. Un grand pour 2 ou3 jeunes, sac à dos, cartes, popotes et c’est parti pour trois jours de marche. Le Teïde, plus haut sommet espagnol, pour les uns, exploration de la côte nord-est pour d’autres. Sur GN, c’est bricolage et petites réparations. Je me retrouve, donc, seul, sur un bateau tout calme, presque trop… Nos randonneurs regagneront le bord, jeudi ou vendredi. Et je suis sûr qu’ils auront quelques anecdotes à vous raconter, quelques images aussi… Alors amis lecteurs, on se donne rendez-vous d’ici à quelques jours… L’équipage vous embrasse… Thierry.

5 novembre 2012

le bateau est à Ténériffe

Petit message bref cet après-midi, le bateau est depuis samedi à Abona (Ténériffe), tous, à part le skipper, partait en randonnée aujourd'hui!

2 novembre 2012

Le bateau est arrivé aux Canaries

Le bateau est arrivé depuis deux jours aux îles Canaries. Il se trouve à Graciosa au nord de l'île de Lanzarote. Pour l'instant ils ont surtout eu du vent dans le nez, Ouest-Sud-ouest car les vents alizés ne sont pas encore établis! Et pas mal de pluie! Mais cela devait changer hier et il devrait rejoindre l'île de Tenerife où il vont partir randonner en petits groupes, puis La Goméra d'où ils partiront pour les îles du Cap-vert plus au Sud et au soleil.

22 octobre 2012

Premier message du bateau par Simon

Voilà, première publication sur le blog de Grandeur Nature, en direct de bateau, à Adra. Pour un début, ça se passe plutôt bien pour tout le monde. Le lundi 8 octobre 2012 nous sommes partis de Sète, 2 jours plus tard on a fait escale aux Baléares, au mouillage de la cala Fornells, sur l’île de Minorque, pour une nuit seulement. Le lendemain nous accostons sur Majorque, la plus grande île des Baléares, tout près de Pollença, où nous allons faire les courses et le courrier le lendemain. Après 2 nuits dans ce mouillage fort sympathique, nous partons en direction de Gibraltar, mais le vent, trop fort, nous oblige à passer à Soller pour 2 nuits. Le 16, on quitte Soller, direction Dragonera, une petite île à l’ouest de Majorque, on passe entre l’île dragon et Majorque, pour « gagner 3 points », (un petit délire de l’asso Grandeur Nature). 3 ou 4 nuits durant, nous faisons des nuits en deux parties, à cause des quarts de nuit, qui permettent de voir des belles choses, comme une comète explosive en compagnie de Ludo, ou le plancton lumineux à l’arrière du bateau. Pendant la nuit du 20 au 21 le vent nous oblige (encore) à aller nous réfugier au port d’Adra, où nous en profitons pour faire de la lessive à l’eau douce, une aubaine sur un bateau, où l’eau douce ne sert qu’à la boisson. Mais parfois, on peut en prendre un petit peu pour rincer sa lessive, histoire que nos shorts ne tiennent pas debout tout seul à cause du sel, et nous allons aussi prendre la météo, porter quelques lettres et publier un petit message sur le blog ! Simon « Ils l’ont dit
» « Sur les filets, entre le ciel étoilé et la mer illuminée de mille feux par le plancton » Evolène « Filer à 7 nœuds, sur notre catamaran futuriste de 15 mètres, nous donne tout de suite le sourire, une impression d’aventures aux horizons lointains. On se sent bien, on se sent quelqu’un ! » Kélig « Nous avons eu le vent comme complice » Mike « Je me dis que notre équipage doit se sentir bien sur notre bateau. C’est vrai qu’il est beau, rapide, plaisant que ce soit en navigation ou pour la vie de tous les jours. Autre avantage, il connaît plein d’endroits mer…veilleux qu’il s’apprête à nous faire découvrir, quelques belles sensations aussi … Bref, il mérite un gros mersea, notre navire ! » Thierry « Laisser le bleu infini vous emplir l’âme, pour crier, enfin, libéré « yo soy un équipier ! » Yann « Soudainement, l’objet est là. Doré dans les mains de Yann et Nina, fruit d’un long pétrissage percutant : le pain de la journée. Il est beau, ils sont fiers, il sera bon ! » Ludo « Le sable du Maroc recouvre tout le ciel et le soleil » Kévin

19 octobre 2012

mauvaise nouvelle

Malheureusement il n'y a pas que des bonnes nouvelles. Nous avons appris hier matin le décès de Maryse (trois mois après son compagnon jean-marie), notre voisine d'en face, c'était une amie, adhérente de l'association, et la première lectrice des journaux pendant les voyages. Elle connaissait tous les participants aux expéditions depuis 12 ans! Ayez une pensée amicale pour elle.

17 octobre 2012

Article de Lien Social

Demain sort un article dans le LIEN SOCIAL N° 1079. Avec Grandeur Nature en couverture!

13 octobre 2012

Le bateau est aux Baléares

J'ai eu des nouvelles du bateau hier après-midi, ils sont a Majorque, aux Baléares (Mallorca en espagnol) dans la baie de Pollenca (pour ceux qui veulent regarder une carte c'est à l'est de Majorque). Après être parti de Sète, et fait une nuit au moteur, ils ont atterri à Minorque, dans la baie de Fornells. Il ont fait aussi un mouillage dans une petite calanque de Majorque (Engossauba voir photo). Ils repartent dimanche vers le sud de l'Espagne. Pour l'instant ils ont eu du bon vent, mais depuis hier il y avait un peu de pluie et des orages, le vent du Nord doit forcir lundi. Tout le monde est en forme, ils ont commencé les cours d'Espagnol! Christophe

9 octobre 2012

Article du Midi Libre

Article paru ce matin dans le Midi Libre

8 octobre 2012

Départ de l'expédition 2012-2013

Et voilà, le bateau est parti ce matin pour le Sud... L'Espagne, les îles Baléares. Ils sont onze à bord 4 encadrants et 7 jeunes: Kévin, Evolène, Mike, Simon, Nina, Théo, Charles, Yann, ludo, Thierry et Kélig. Dix mois d'aventures devant eux.

14 septembre 2012

Assemblée générale annuelle de GN le 06 Octobre à Sète

Assemblée Générale le 6 Octobre 2012. Bonjour, à tous, L’assemblée générale de ”Grandeur Nature ou la parole des enfants” aura lieu le samedi 06 octobre 2012. Le lieu : à Sète. Mais pour réserver une salle et éventuellement un restaurant. J’AI BESOIN DE SAVOIR COMBIEN NOUS SERONS ! Le rendez-vous précis sera adressé ultérieurement à ceux qui nous auront renvoyé le bulletin d’inscription. Le programme: Samedi de 14 h à 19 heures - Assemblée Générale - Bilan de l’année écoulée. - Rapport moral et financier. - Diaporama sur nos activités en 2012. - «l’expédition 2012-2013». - Élection du Conseil d’Administration. - 20 heures - Repas du soir ensemble. - Il faut répondre le plus rapidement possible pour que nous sachions le nombre de personnes présentes – Vous pouvez le faire par mail ! Bien amicalement, le responsable administratif, Christophe DASNIERE Le Bulletin à renvoyer:Grandeur Nature 152 grande rue haute. 34200 Sète. Tél : 04 67 43 25 64 Mail: grandeur_nature@yahoo.com ✄- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - GRANDEUR NATURE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 06 octobre 2012 BULLETIN DE PARTICIPATION Nom : ……………………………….…. ❒ adhérent ❒ non adhérent ❒ Je ne sais pas où dormir samedi soir : Adultes …………… Enfants de – 10 ans: …………… ❒ Samedi soir repas: Adultes …………… Enfants de – 10 ans:

5 septembre 2012

Bilan d'après stage...

Pour la première fois nous pensions avoir notre équipage au complet dans un stage d'été: 4 jeunes "de famille" et 4 jeunes pris en charge par l'ASE. Mais il nous a fallu renvoyer 3 des 4 jeunes de l'ASE en cours de stage! La motivation des autres jeunes et de l'équipe est toujours aussi grande, mais il nous reste 1 mois pour trouver 2 ou 3 jeunes pris en charge par l'ASE, qui aient envie de participer à notre aventure! Info à faire circuler!

1 septembre 2012

Un article de multicoque magazine

Un article paru cet été sur multicoques magazine et visible sur www.multicoques-mag.com.

6 août 2012

Et voilà, ils ont tous embarqués, et ils sont partis à 16h30 avec du bon vent pour la Corse!

1 août 2012

Quelques photos du stage de juillet

En juillet du 09 au 29, a eu lieu un stage pour nos adhérents, 9 jeunes âgés de 10 à 16 ans, avec thierry, kélig et Christophe, à destination de la corse. Voici les premières photos du départ...

17 mai 2012

- Quatrième lettre 2012, de l’association Grandeur Nature -

Sète, 16 Mai 2012. Bonjour, adhérents et amis. Alors cette fois c’est bon ! Vous repartez ?
Et bien oui (fin du suspens)! On va essayer de boucler notre budget, sans pouvoir complètement compter sur le prix de journée que nous impose le Département de l’Essonne après un an de négociation… Notre prix de journée passant de 240 € en 2010 à 174 € pour la prochaine Expédition (nous avons besoin de 180 € pour un budget en équilibre). Cela nous oblige à trouver d’autres financements, depuis l’aide que nous a accordé «l’archipel des utopies» nous avons reçu en mai le prix régional de «l’initiative en économie solidaire» de la Fondation du Crédit Coopératif (et nous concourons pour le prix national). Et depuis Avril 2012 l’association Grandeur Nature ou la parole des enfants est habilitée à recevoir des dons et à délivrer des reçus fiscaux en application des dispositions des articles 200 et 238 bis du Code Général des Impôts. La réduction d’impôt pour un particulier est égale à 66 % des sommes versées prises dans la limite de 20 % du revenu imposable. Voir la plaquette «d’appel aux dons», ci-jointe, à faire circuler ! Comme il n’y a pas que l’argent dans cette histoire, parlons aussi du recrutement et des stages d’été, nous avons eu beaucoup de demandes de jeunes de Familles (7 pour 3 places) nous avons donc décidé de partir avec 4 jeunes de familles et 4 jeunes confiés par l’ASE, il a donc fallut faire un choix pour former l’équipage et ce n’était pas facile. Maintenant il nous faut trouver ces 4 jeunes confiés par l’ASE, prêts à se lancer dans l’aventure ! Pour le stage de juillet, pour nos adhérents, il est complet ! Je vous fais suivre aussi un «appel à l’aide» de Myriam qui a monté une école en Haïti. Christophe DASNIERE pour Grandeur Nature

12 avril 2012

Escale a Sète



En ce début avril était prévu une rencontre avec un journaliste de multicoque magazine. Nous avons profité du WE de regroupement de vieux gréements à Sète et proposé à des anciens "jeunes" de venir. Ont répondu à l'appel: Xan, Aurel, Paul et Ismael ainsi que des capitaines: Michel et Thierry. Nous en avons aussi profité pour rencontrer un candidat pour la prochaine expédition et sa famille. Nous avons fait une sortie sur l'Etang de Thau le dimanche, avec un vent force 7/8 (rafales à 80 km).
Concernant le recrutement pour la prochaine expédition nous avons reçu 6 demandes de jeunes de familles et rencontré 4 d'entre eux (pour 3 places à bord)!
Par contre nous n'avons encore aucune demande pour des jeunes pris en charge par l'ASE et nous attendons toujours la convention avec le Département de l'Essonne (depuis octobre 2011!)

8 mars 2012

stage de juillet et expédition 2012-2013


Finalement le stage de juillet aura lieu du 09 au 29, autant ne pas commencer le premier WE des vacances, toujours surchargé pour venir à Sète! Par contre il y à déjà 8 personnes qui se sont pré-inscrites...

Pour le stage d'août de rencontre pour l'expédition de 10 mois il reste une place pour un jeune de famille super motivé âgé de 14 à 18 ans!
Si vous connaissez des jeunes que cela peut intéresser faites circuler l'info!

1 mars 2012

- Troisième lettre 2012, d’information sur l’association Grandeur Nature -




Sète, le 29 février 2012

Bonjour, adhérents et amis.

Mars est déjà là et peut-être la fin des grands froids ! Vous imaginez bien que nous sommes restés au chaud et avons attendu pour attaquer les travaux sur le bateau, l’époxy cela ne prend pas quand il gèle (excuse !).

J’ai rencontré Messieurs Brunet et Nury, responsables Lieux de vie du département de l’Essonne (le 9 février à Paris), avec d’autres organisateurs de séjour à l’étranger et lieux de vie de l’Essonne, à l’initiative de Nacim (vice-président d’Oser).
L’occasion pour nous de faire le point sur nos difficultés et de connaître l’état d’esprit dans l’Essonne.
Lionel Brunet nous a rassuré sur l’implication du Département, qui souhaite continuer son partenariat avec les Séjours de rupture et les lieux de vie (d’ailleurs l’Essonne doit créer dix autres lieux de vie en 2012), mais avec un budget restreint qui ne permet pas de maintenir les prix de journée de 2010-2011…
Il est à noter qu’aucun autre organisateur de Séjour à l’étranger n’a été agréé depuis deux ans et que la moitié d’entre eux est agréée dans l’Essonne !

Donc si nous acceptons de prendre 4 jeunes avec un prix de journée autour de 180 € par jour (notre dernier voyage en 2010 c’était 240 € par jour) le Département veut bien continuer à travailler avec nous…
Depuis, malgré plusieurs relances, nous attendons un courrier qui nous confirme cela par écrit…

Mais on se dit que cela va marcher et qu’il faut relancer le recrutement pour l’expédition.

Pour l’instant nous avons deux jeunes de famille motivés…
(Simon et Evolène). Il faut qu’on en trouve au moins un autre!

Pour l’équipe d’encadrement nous avions reçu plus de candidatures que nécessaire…

Et pour les jeunes pris en charge par l’aide sociale à l’enfance, il nous faut un arrêté de prix de journée de l’Essonne !

Pour cet été, nous avons décidé de faire un stage «jeune-adhérent» en juillet (du 7 au 27) et un stage de préparation de l’expédition avec les jeunes et les encadrants en août (du 6 au 26)!

Nous avons reçu des encouragements de l’Archipel des Utopies qui souhaite venir nous rencontrer pour voir avec nous comment ils peuvent encore nous aider.

Et Philippe Echelle de Multicoques Magazine doit venir en avril pour prendre des photos du catamaran en vue de la publication d’un article de 4 pages dans un numéro spécial cet été…

Et Kélig a fait des dossiers : Le trophée des associations EDF, la fondation agir sa vie, le Crédit Coopératif, la fondation Aviva.
Le Fond Social Européen, le programme jeunesse en action (mais il nous été répondu que nous ne correspondions pas aux critères, principalement pas assez de jeunes impliqués !)

Pour Grandeur Nature, Christophe et Kélig.

PS : Sinon je vous rappelle que le bateau sera disponible pour des stages à la semaine (ou plus) à partir d’avril… Faites passer l’info, autour de vous !


Pour nous contacter:
Secrétariat: 152 grande rue haute 34200 Sète - Tél : 04 67 43 25 64
Site:www.grandeurnature.org - Email: grandeur_nature@yahoo.com

16 janvier 2012




Sète, le 14 janvier 2012
Première lettre 2012 d’information sur l’association Grandeur Nature.
Bonjour, adhérents et amis.
Commençons par le plus important, le prochain voyage : Finalement nous avons décidé de ne pas faire l’expédition en Méditerranée.
Plusieurs raisons nous ont amené à prendre cette décision. Principalement le manque de candidature confirmée de jeunes de l’ASE : Sur les quatre demandes (du Vaucluse), aucune n’a été «signée»! Puis l’impossibilité d’aller avec nos amis Dominique et Bouba dans le désert Tunisien, le ministère Français ayant classé cette partie du pays en zone interdite!
Ça ce sont les raisons négatives, mais surtout nous souhaitons organiser un grand voyage et un film d’octobre 2012 à juillet 2013! Et nous voulons mettre à profit les 6 premiers mois de l’année 2012 pour monter ce projet. Ce qui nécessitera de trouver des jeunes de l’ASE pour ce projet, et de trouver des financements pour le réaliser dans de bonnes conditions, même si l’ASE de l’Essonne continue de ne pas nous répondre sur un prix de journée «juste» !
Il nous faut aussi organiser des activités avec le bateau à partir de Mars qui nous permette de ne pas « manger » notre trésorerie et de former l’équipe d’encadrement pour ce projet d’expédition de 10 mois !

Le bateau a donc été remis à l’eau cette semaine, il reste encore pas mal de travail à faire dessus, mais qui ne nécessite pas d’être hors de l’eau et qui sera terminé pour Mars. Même si c’est plus long à 2 !

Le bateau sera disponible pour des sorties, des stages, des croisières. Toutes les idées sont sur la table : Projet avec Migreurop, sortie à la journée avec des adultes handicapés (comme en 2003), stages pour nos adhérents et bien sûr des stages d’été pour le recrutement et pour nos adhérents. Toutes les propositions seront examinées…

Nous avons aussi commencé à préparer des dossiers de demandes d’aides, de subventions, de partenariats qui seront envoyés aux différents «financeurs» potentiels, institutionnels, privés etc. Ces dossiers seront aussi disponibles pour les jeunes de familles qui auront ainsi le temps de nous aider à chercher des financements pour «leur» voyage ! Pour l’instant nous avons reçu une première aide de 8000€ de «l’archipel des Utopies» pour nous aider à réaliser nos projets !

Pour Grandeur Nature, Christophe et Kélig.

En Octobre démarre notre prochaine expédition, un grand projet de 10 mois, pour lequel nous recrutons 4 jeunes confiés par l’A.S.E et 3 jeunes « de famille».

Avant de participer à un stage une rencontre est nécessaire avec le jeune, son référent et les parents (si c’est possible), afin de lui présenter le projet et d’être sûr qu’il a envie d’y participer.

Pour nous contacter:
Secrétariat: 152 grande rue haute 34200 Sète - Tél : 04 67 43 25 64
site:www.grandeurnature.org - Email: grandeur_nature@yahoo.com