Année 2012-2013

www.flickr.com
associationgrandeurnature photos Plus de photos de associationgrandeurnature

19 juin 2019

lettre de Florès- Maya et Océane


-->
        Flores ou l’île aux fleurs de toutes les couleurs

C’est Elio qui a devancé Mickaël, de 1h et 7 minutes, pour les pronostics, nous sommes arrivés dimanche en fin de matinée. Malheureusement c’est dimanche et férié le lendemain, alors nous allons attendre pour les légumes et le fromage frais. Mais grâce à Marco, le gérant d’un magasin nous ouvre ses portes pour l’achat de 2, 3 bricoles. Et oui c’est ça habiter une petite île de 3500 habitants.
Marco et Camille sont des amis de l’association depuis quelques années. Ils sont français et ont 4 enfants, habitent à Lajes et nous ont accueillis comme des rois.
D’ailleurs dés le deuxième soir nous avons mangé chez eux. Puis le jour suivant les groupes de randos ont été tirés au sort pour partir marcher sur l’île et passer du temps sur le terrain de Camille et Marco. Ils y cultivent quelques arbres fruitiers et y élèvent des moutons. Nous les avons aidé à clôturer et défricher certaines parcelles. La « canaroca » est une plante invasive qui fait beaucoup de dégâts sur l’île ; ainsi maintenir les terrasses de ces nombreux terrains en pente nécessite beaucoup de travail à la main. Malgré ça les sentiers de randos restent très bien entretenues. Nous avons arpenté monts et vallées à la découverte de nombreux paysages toujours plus verdoyants. Une belle île qui valait le coup de s’y arrêter !
Le vendredi tous les groupes se retrouvent au bateau et constatent les dégâts : la jupe est déchiquetée à cause d’une amarre rompue et d’un par-batte décroché. Michel utilise notre super résine waterproof ce qui étanchéifie tous ça, on répare quelques matos de camping et on se compte nos aventures. Le soir même, en guise de remerciement, Camille et Marco nous ré-invite pour un barbecue géant, autant dire que l’équipage est ravie !
Quelques courses pour la journée de nav’ qui nous sépare de Faïal, le bateau prêt, nous voilà partis pour une sacré aventure. Plusieurs merdes surviennent : une sangle de coulisseau est cassée, le yankee déchirée, la poulie du palan de GV cassée, une déchirure sur la Grand Voile… En plus de ça nous sommes au prêt, il pleut, les vagues mouillent
jusqu’au barreur (ou Maya « de la tête au pied »). Tout le monde baigne dans son ciré et les trois seaux sont mobilisés.
Comme quoi 28 heures de navigation peuvent être bien pire que 351 heures de traversée.
Arriver à la marina est un grand soulagement pour tout le monde, en plus des lasagnes chaudes sont les bienvenues pour nos estomacs vides bien que nous devons réparer le guindeau.
Aujourd’hui on se prépare à accueillir Ben et Louise qui nous rejoignent dans la soirée.
Maya et Océane

Aucun commentaire: